"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Author

Theodore Abitbol

Theodore Abitbol has 2 articles published.

Avatar

La fange et le droit

in Antisémitisme/Chroniques de la violence brune by

Le 15 septembre après-midi se tenait devant la 17e chambre du Tribunal de Paris, l’audience civile qui devait juger de la demande de Pierre Serne de faire retirer 6 articles injurieux, homophobes et antisémites, publiés sur le site d’ultra-droite Riposte Laïque entre le 3 et le 11 mai 2021. Théodore Abitbol a pu y observer l’avocat de la fachosphère (et de la Manif Pour Tous, de Génération Identitaire ou de certains Gilets Jaunes), F. Pichon, ancien responsable du tristement célèbre GUD. « Remettez votre masque, s’il vous plait ». La juge dit ça à l’avocat de la défense (Riposte Laïque) au bout de trois minutes, sur un ton neutre. Il frotte ses semelles au sol tout en parlant, comme s’essuyant sur un paillasson. Son masque redescend rapidement au-dessous du nez. Ça gesticule un peu, ça s’embrouille et bafouille. On aimerait presque le croire lorsqu’il prétend n’avoir pas eu le temps de se préparer : « Vous comprenez, l’adresse de mon client n’était pas la bonne… Ce n’est pas un artifice destiné à échapper à la justice… Et il ne s’agit bien sûr pas d’une perversion non plus de la part de la partie adverse, bien sûr, mais plutôt d’un manque de moyen, car à soixante euros l’acte d’huissier, je comprends, n’est-ce pas… » Mensonge balayé aussitôt par la partie demanderesse (l’avocate de Pierre Serne) puisque les diligences de l’huissier ont permis de vérifier le nom sur la sonnette et d’obtenir le témoignage de sa gardienne. Et comme le rappelle l’avocate, l’adresse notée sur la…

Lire la suite

Jussieu, Wuhan

in Mémoires Vives/pandémie by

1 – L’épidémie 7 mars – I’m from Plague Town. Et il ajoute devant ma tête dubitative, avec un sourire en coin, un sourire peut-être un peu triste : – Wuhan. Avec son épais accent américain et sa voix grave, Albert lâche ça comme ça, pour rire. Chinois de la haute, qui vit expatrié à Tokyo, il m’accueille pour la nuit. A ce stade on n’était pas encore trop inquiet. Je visite le Japon pour deux semaines, c’est encore le début de l’épidémie. Dans la rue, tout le monde a un masque, mais c’est tout. A mon retour en France, aucun contrôle à l’aéroport Charles de Gaulle. Au boulot lundi, mon CPE me dit de passer le voir. – T’as eu du bol, on a failli te renvoyer chez toi ! Mais bon, le rectorat dit que le Japon, ça passe encore, pour l’instant. C’est dommage, si tu étais passé par Singapour, t’aurais eu quatorze jours de confinement ! Pas de bol, très clairement. Je surjoue une quinte de toux grasse. Entre deux cafés, l’intendante me dit que sur les trois flacons de gel hydroalcoolique qu’elle a déposé la veille en salle des profs, déjà deux ont disparus. Ambiance. Au moins les élèves se marrent quand je fais semblant de leur tousser dessus. Quand ça me prend pour de vrai, je m’éclipse aux toilettes.   – Oui enfin je sais pas, il y a un cas en Guyane et personne n’en parle. Franchement avec tout ce qui passe, on nous…

Lire la suite

Go to Top