"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Category archive

suprémacisme blanc

Communiqué: Riposte Laïque en procès, la banalité du mal, ça suffit!

in Antisémitisme/islamophobie/suprémacisme blanc by

Ce mercredi 15 septembre à 16h devant la 17eme chambre civile du Tribunal judiciaire de Paris, le directeur du site d’extrême-droite Riposte Laïque devra répondre en justice de quelques-unes des abjections proférées contre Pierre Serne depuis des mois. Quelques-unes, les recenser toutes prendrait des pages, à la fois méprisables, répugnantes et profondément ennuyeuses. Il y a en effet au moins vingt articles publiés ces trois dernières années par divers auteurs et sites, dont le sujet principal est d’appeler à la vindicte et parfois à la violence physique voire au meurtre contre Pierre Serne. La raison initiale est tristement simple. Pierre Serne, élu de la République, a porté jusqu’au bout une procédure juridique pour obtenir que Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional Ile de France, rétablisse le droit à une aide aux transports pour les personnes dépourvues de titres de séjour. Aide pourtant légalement obligatoire qu’elle avait supprimée dès son accession à la présidence de la région. Élu d’opposition écologiste et de gauche, il a simplement fait ce pour quoi il avait été élu, et il a gagné. Rendant ainsi leur droit à 115 000 hommes, femmes et enfants. Il est également activiste des droits humains, engagé contre toutes les discriminations, et notamment contre l’islamophobie. Et il est homosexuel et juif. En France, en 2021, l’ensemble est, hélas sans surprise, la source de beaucoup d’ennuis. En toute impunité, l’extrême-droite est accoutumée à cibler ceux qui osent lui résister et sont issus des minorités. Pierre Serne a subi ces dernières années les pires insultes homophobes, antisémites, islamophobes et…

Lire la suite

En mémoire de Christchurch, contre la loi Séparatisme, rassemblement le 14 mars

in Antisémitisme/islamophobie/Laïcité/suprémacisme blanc by

Brenton Tarrant était français. Du moins c’était son rêve de filiation, même les tueurs fascistes n’échappent pas au mythe des origines. Avant d’assassiner de sang-froid 51 personnes musulmanes et d’en blesser 42, des enfants, des femmes, des hommes, lors d’un attentat longuement préparé et jamais regretté, même après sa condamnation à perpétuité. Brenton Tarrant s’était même offert un voyage d’adieu à la liberté en Europe, et dans son manifeste revendicatif, c’est la France qu’il évoque pour décrire le moment où il a décidé de passer à l’acte. Un moment en deux temps. D’abord, une crise de rage devant un centre commercial où il constate la présence en masse, visible, des « envahisseurs » et de leurs enfants, où il ressasse la défaite de Marine Le Pen à l’élection présidentielle et l’élection d’Emmanuel Macron qu’il considère à ce moment précis comme un « capitaliste égalitaire ». Et puis le moment du recueillement et de la Révélation, dans un cimetière de soldats de l’Est de la France, moment patriotique et barrésien (1). Brenton Tarrant, jeune homme de 28 ans, va décider de tuer des innocents, parce qu’ils sont musulmans, en s’identifiant aux soldats français . La Terre et les Morts. Souvenir recréé pour les besoins de la Cause ? Peut-être mais Brenton Tarrant a réellement fait ce voyage en Europe, il s’est réellement nourri de l’idéologie française islamophobe et anti-immigration de Renaud Camus, il a réellement été donateur de Génération Identitaire. Dans son manifeste, il explique froidement que le crime de masse terroriste doit aussi être…

Lire la suite

Terrorisme d’extrême-droite: les faits et les “forcenés”

in Chroniques de la violence brune/Chroniques du déni/Incels/islamophobie/suprémacisme blanc by

Frederik Limol ne comptera jamais officiellement dans les statistiques du terrorisme, même si ses trois victimes ont eu un hommage national. Il a pourtant abattu trois gendarmes, dans le cadre d’une résistance armée, manifestement anticipée de longue date, même si l’évènement déclencheur à savoir l’appel à la police effectué par une amie de sa compagne qu’il violentait n’a pas dépendu de lui. Mais le choix de la date précise du passage à l’acte n’est pas ce qui distingue le terrorisme du simple fait divers non politique. En l’occurrence, il est arrivé dans de nombreux attentats djihadistes que la date soit déterminée par des évènements extérieurs: par exemple, les attentats de Bruxelles ont eu lieu parce que leurs auteurs savaient avoir très peu de temps avant de se faire arrêter par la police qui les avait repérés. Plus globalement, on ne sait souvent pas très bien, dans le cadre d’attentats commis par les « isolés » de Daech, sans ordre explicite de l’organisation, ce qui détermine le jour où ils se décident à tuer. Il y a d’autres critères qui semblent cependant absents du crime de sang perpétué par Frédérik Limol et qui le distinguent même d’autres terroristes d’extrême-droite. Il n’a  laissé aucun manifeste, et personne ne peut être sûr, en l’état des informations données par le procureur de la République, s’il a agi ou pas en étant préoccupé seulement de motifs qu’il vivait comme personnels au moment du drame. Le problème politique ne réside donc pas dans le fait que son acte…

Lire la suite

Attentat contre la synagogue de Halle: un “loser” sanglant.

in Antisémitisme/Chroniques de la violence brune/Négationnisme/suprémacisme blanc by

Au deuxième jour de son procès, entamé le 23 juillet, Stephan Balliet rit devant la vidéo de son attaque meurtrière contre la synagogue de Halle le 9 octobre 2019, attaque lors de laquelle il n’a finalement pu tuer « que » deux personnes, Jana Lange qui passait dans la rue, et Kevin S. qui déjeunait dans un kebab qu’il a mitraillé. Lorsque les juges et les familles des victimes s’émeuvent de ses ricanements, il dit qu’il s’amuse « seulement » de quelques unes de ses vannes, et pas spécialement de ses crimes, qu’il assume, cependant. Tout comme il assume d’être négationniste, et de penser que les Juifs doivent être exterminés car ce sont eux qui organisent le Grand Remplacement. Pourtant Stephan Balliet est profondément déçu de lui même. Déjà, dans la vidéo qu’il a diffusé en direct pendant l’attaque, il s’auto-dénomme « le loser » parce qu’il n’ arrive pas à faire sauter la porte de la synagogue pour perpétuer un massacre. Stephen Baillet a 28 ans. Et pour lui, réussir sa vie, c’était parvenir à tuer un maximum de Juifs, le jour de Yom Kippour. C’est du moins ce qu’il a mis tout en haut de sa liste de « réussites », faite à la manière d’un barème de jeux vidéos permettant d’obtenir des badges ou d’accéder au niveau supérieur. Il en avait listé 25 plus un malus, si jamais il se blessait lui-même. La liste qui clôture le manifeste posté sur un forum suprémaciste et sur le Dark net, est rédigée comme suit. Les ”…

Lire la suite

De Christchurch à El Paso, le “Blanc” n’existe que par le sang.

in Chroniques de la violence brune/suprémacisme blanc by

Le 3 août 2019, à El Paso au Texas Patrick Crusius a parcouru 1000 km, puis armé d’un AK 47, il a tiré dans un supermarché abattant 20 personnes, dont plusieurs enfants. Le jeune homme avait 21 ans, il était décrit comme plutôt solitaire et moqué au lycée où il allait précédemment. Il a laissé un manifeste de quelques pages, très ordonné, expliquant avoir agi contre le Grand Remplacement perpétré par les Mexicains. Patrick Crusius n’était pas un Loup Solitaire. Brenton Tarrant, le tueur de Christchurch n’était pas un Loup Solitaire. Les tueurs djihadistes qui n’ont pas de liens matériels avec Daech ne sont pas des Loups Solitaires. Mais au contraire des tueurs parfaitement socialisés politiquement, mais une sociabilité fantôme, ou du moins perçue comme telle dans des sociétés où la révolution technologique est en cours, et où les critères utilisés pour définir la sociabilité “réelle” et la sociabilité ” virtuelle” sont totalement dépassés, accordant une essence de “réalité absolue” à la première et un caractère faible et illusoire à la seconde. Patrick Crusius faisait réellement partie de la même organisation politique que Brenton Tarrant. La première ligne de son manifeste lui rend hommage comme à un frère et à un camarade dont il partage non seulement la vision du monde mais la méthode de lutte politique: le meurtre de masse qu’il considère comme une guerre impitoyable. De fait, le terme importe peu au regard des faits:les centaines de morts sont désormais abattus chaque année par des soldats d’une armée…

Lire la suite

Go to Top