"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Ensemble, debout, contre toutes les haines

in Chroniques de la violence brune by

Ce 14 février, la maison d’éditions d’extrême-droite Ring a de nouveau laissé libre cours à ses obsessions racistes et morbides en accusant notre collectif d’être une sorte de Al Qaeda bis.
En effet, nous avions eu l’impudence, la veille de publier un texte contre leur présence à la foire du livre de Bruxelles. Nous estimons en effet que les organisateurs de ce genre d’évènements, censés promouvoir la culture et le savoir, ont bien d’autres choix qu’un éditeur publiant Marsault (récemment condamné pour harcèlement à l’encontre d’une camarade féministe), Laurent Obertone (l’un des phares de l’extrême-droite française) ou Papacito qui appelait, il n’y pas si longtemps à constituer des milices violentes pour s’en prendre aux antiracistes.

Nous sommes désormais habitués aux obsessions de Ring à notre égard. Et plutôt flattés que dans un élan de conspirationnisme assez risible, ils nous imaginent derrière toutes les initiatives de soutien aux victimes de leurs chasses virtuelles, qui enfin, ont lieu en ce moment.

Par contre, nous n’accepterons pas d’être désignés comme des complices des attaques et des menaces terribles et inqualifiables qui pèsent sur Zineb El Rhazoui, cible de Daech et d’autres groupes terroristes.
Nous savons qu’elle soutient clairement des auteurs d’extrême-droite comme Laurent Obertone ou Marsault. C’est son choix, et face à ce choix-là, nous serons solidaires de celles et ceux qui en subissent les conséquences. Mais notre choix, à nous, est aussi de ne rien avoir à dire de plus contre la femme victime des meurtriers et des terroristes, si ce n’est justement de réaffirmer notre combat contre tous les idéologues de la haine, qui arment les terroristes.

Par exemple, Ring qui laisse en ligne sur sa page Facebook  des commentaires d’apologie du terrorisme et d’incitation au meurtre : on en trouvera ci-dessous quelques exemples, publiés à la suite d’un post concernant une attaque à la voiture bélier perpétuée contre des migrants en Allemagne début janvier.

Pour le reste, nous n’avons évidemment pas à répondre aux accusations paranoïaques de Ring, qui voit la main de Lignes de Crêtes dans une altercation qui serait survenue à la foire du livre. Ne sachant rien à ce sujet, nous ne le commenterons pas. Si l’on écoute Ring, il paraît aussi que les antifascistes prévoyaient de leur couper les mains il y a un peu moins de deux ans. Comme chacun peut le vérifier chaque jour sur leur page, leurs mains sont bien là pour pondre des sottises et des ignominies à la chaîne. Nous attendons donc des informations sérieuses sur ce sujet. Contrairement à certains médias belges qui diffusent d’ailleurs non seulement la version de Ring mais aussi leurs propos hallucinants à notre sujet nous mettant en cause gravement et individuellement, avec une légèreté et une irresponsabilité qui se passe de commentaires

Enfin, et même si c’est habituel, nous savons très bien quels dangers concrets leurs accusations font courir à nos membres et à nos amiEs. De nouvelles cibles sont nommées dans leurs derniers messages, Antoine Gregoire et Marie Peltier, et victimes d’un flot d’ignominies et de menaces sur les réseaux sociaux. Concernant Marie Peltier, ces attaques interviennent à un moment particulièrement difficile concernant l’un de ses proches enlevé par Daech en 2013. L’infamie sans limites de l’extrême-droite trouve là une nouvelle illustration.

Il ne faut pas seulement s’en indigner, il faut la combattre.
Ensemble, debout, contre toutes les haines.

Lignes de Crêtes , 15 février 2019.

Latest from Chroniques de la violence brune

La fange et le droit

Le 15 septembre après-midi se tenait devant la 17e chambre du Tribunal
Go to Top