"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Author

Lignes de Crêtes

Lignes de Crêtes has 29 articles published.

Lignes de Crêtes

Qui est séparatiste ? Entretien avec Zinedine Gaid, professeur de philosophie, MHS Paris

in Antisémitisme/Ecole/Entretiens/islamophobie/Religions by

Zinedine Gaid est enseignant en philosophie. Il travaillait auprès des élèves du collège/lycée MHS, établissement parisien privé universaliste, acceptant le port des signes religieux. L’établissement a été fermé le 23 novembre pour “raisons administratives”, et présenté par les autorités comme un repaire de dangereux séparatistes. Lorsque je lui ai proposé cet entretien, je ne savais pas s’il accepterait dans la situation extrêmement difficile qui est la sienne, peu propice à la réflexion intellectuelle. Et je ne m’attendais certes pas à recevoir un travail de cette ampleur, pour lequel je le remercie infiniment . Bien loin des débats empoisonnés, grossiers et absurdes qui font le miel des polémistes en ce moment, on trouvera ici le récit d’une persécution, mais aussi et surtout l’affirmation d’une pensée libre qui se refuse au cadre défini par la persécution. Si vous souhaitez soutenir le projet MHS, mais aussi ses élèves et ses salariés, vous pouvez les contacter sur leur page Facebook, où vous trouverez leur parole à toutes et tous. Zinedine Gaid écrit également sur les sujets abordés ici sur le site Mizane.info ______________________________________ Nadia Meziane: D’abord où en êtes-vous, concrètement, après la fermeture définitive de votre établissement, en tant que communauté éducative ? Question très terre à terre, mais vous avez vécu une offensive répressive, idéologique, vous avez été, en tant que professeurs et élèves attaqués publiquement. Et du jour au lendemain, vous vous êtes retrouvés sans travail et pour les élèves, sans collège ni lycée. Votre directrice est interdite d’exercer et doit payer une…

Lire la suite

En mémoire de Christchurch, contre la loi Séparatisme, rassemblement le 14 mars

in Antisémitisme/islamophobie/Laïcité/suprémacisme blanc by

Brenton Tarrant était français. Du moins c’était son rêve de filiation, même les tueurs fascistes n’échappent pas au mythe des origines. Avant d’assassiner de sang-froid 51 personnes musulmanes et d’en blesser 42, des enfants, des femmes, des hommes, lors d’un attentat longuement préparé et jamais regretté, même après sa condamnation à perpétuité. Brenton Tarrant s’était même offert un voyage d’adieu à la liberté en Europe, et dans son manifeste revendicatif, c’est la France qu’il évoque pour décrire le moment où il a décidé de passer à l’acte. Un moment en deux temps. D’abord, une crise de rage devant un centre commercial où il constate la présence en masse, visible, des « envahisseurs » et de leurs enfants, où il ressasse la défaite de Marine Le Pen à l’élection présidentielle et l’élection d’Emmanuel Macron qu’il considère à ce moment précis comme un « capitaliste égalitaire ». Et puis le moment du recueillement et de la Révélation, dans un cimetière de soldats de l’Est de la France, moment patriotique et barrésien (1). Brenton Tarrant, jeune homme de 28 ans, va décider de tuer des innocents, parce qu’ils sont musulmans, en s’identifiant aux soldats français . La Terre et les Morts. Souvenir recréé pour les besoins de la Cause ? Peut-être mais Brenton Tarrant a réellement fait ce voyage en Europe, il s’est réellement nourri de l’idéologie française islamophobe et anti-immigration de Renaud Camus, il a réellement été donateur de Génération Identitaire. Dans son manifeste, il explique froidement que le crime de masse terroriste doit aussi être…

Lire la suite

Commémoration pour Ilan Halimi: 15 ans déjà

in Antisémitisme/islamophobie by

Ilan Halimi a été enlevé, séquestré, torturé pendant trois semaines et assassiné en 2006. Parce qu’il était Juif, et que les assassins étaient persuadés que les Juifs étaient tous connectés entre eux et solidaires, extrêmement puissants, et riches. L’assassinat d’Ilan, jeune salarié d’une boutique de téléphonie du 11ème arrondissement était profondément et absolument politique : ses meurtriers étaient à ce point convaincus de la réalité de la vision hallucinée de l’antisémitisme, qu’ils ne l’ont pas questionnée un seul instant avant de fomenter leur plan criminel et dément. Quinze ans plus tard, leur conviction est partagée massivement, banalement. Que les Juifs contrôlent à la fois la pandémie et les “vaccins tueurs”, qu’ils soient à l’origine de la crise économique et sociale, à la tête de tous les pouvoirs, organisés en sociétés secrètes ou contrôlant les choses ouvertement par l’intermédiaire d’organisations communautaires est une idée parfaitement ordinaire dans une partie de la population française et en Occident. En 2006, une partie du champ politique a affirmé que l’assassinat d’Ilan relevait d’un « nouvel » antisémitisme, parce que le chef de l’auto-proclamé gang des barbares était noir. Il n’était cependant pas seul dans l’affaire, et parmi ses complices, il y avait des gens de toutes les origines. Une autre partie du champ politique, dans une parodie sordide de défense antiraciste, a affirmé pendant des années que le crime était somme toute crapuleux, anecdotique, et très peu politique. Dans la gauche radicale, beaucoup ont franchi un pas supplémentaire dans l’ignominie, en faisant de la mémoire de cet…

Lire la suite

Urgence pour les migrants en Bosnie

in Sans Frontières by

Lignes de Crêtes s’associe à cet appel  à signer ici : http://chng.it/VgtyTtH7FY 3000 personnes sont restées bloquées près d’une semaine dans le camp de Lipa et à ses abords, sans abri et en danger de mort, leur évacuation ne commençant que le 29/12. Nous interpelons l’Union européenne et nous relayons les appels à l’aide des associations empêchées de leur apporter de l’aide sur place. Deux jours avant Noël, dans le nord-ouest de la Bosnie, le camp de Lipa a été complètement détruit par un incendie. Depuis, les 1400 réfugiés et migrants qui y étaient abrités vivaient et dormaient dehors, en plein hiver, par des températures glaciales, dans une situation de précarité et de détresse absolues. Les autorités municipales et cantonales de Bihac ont refusé l’ouverture d’un ancien centre d’accueil sous la pression d’une population qui a récemment organisé une manifestation hostile. Ces mêmes autorités ont bloqué toute possibilité de déplacement des populations en détresse, comme elles le font depuis plusieurs mois, tout comme elles ont exercé des pressions sur les structures qui veulent les soutenir avec de la nourriture et des vêtements. A ces 1400 personnes, s’ajoutaient 1600 autres personnes vivant dans les bois ou dans des squats à proximité du camp de Lipa et qui nécessitaient aussi d’être aidées, car elles aussi abandonnées et bloquées à l’air libre et sous la neige. Aujourd’hui, ces personnes sont parties dans des bus vers des destinations inconnues, éloignées à dessein de Bihac, ou restées dans les bois. Les associations sont empêchées de…

Lire la suite

Le négationnisme et la gauche, un mensonge antisémite pour la cause ?

in Chroniques du déni by

Les après-midi des vendredi 14 et samedi 15 février prochain, Lignes de Crêtes propose deux demi-journées de réflexion et d’échange sur l’histoire du négationnisme issu des gauches, et des résistances qu’il a pu rencontrer dans nos pratiques militantEs. Nous y recevrons des chercheur.es, des militantEs dont Tal Bruttmann, historien du nazisme, Nadine Fresco, historienne du négationnisme, Frederik Detue, chercheur en littérature comparée, et Gilles Karmasyn, fondateur et animateur du site ” Pratique de l’histoire et dévoiements négationnistes”. Nous souhaitons que cette journée soit un moment de mémoire des combats menés, par des collectifs ou des individus souvent minoritaires dans un premier temps, venus de tous les horizons des gauches, et les journées seront organisées de façon à laisser le temps aux expériences militantes de base de s’exprimer . Un programme plus détaillé suivra, ainsi que le lieu exact de la conférence. Le négationnisme et la gauche : un mensonge antisémite pour la cause ? Un soir de décembre 2008, se produisit une scène inimaginable encore quelques années auparavant. Un des piliers du négationnisme français se retrouvait acclamé par des centaines de personnes au Zénith de Paris. Sa présence, ce soir-là, avait été rendue possible par l’un des plus efficaces propagandistes antisémites de ce début du 21ème siècle, Dieudonné. Or Dieudonné n’était pas un néo-nazi sorti des tréfonds de l’extrême-droite mais un homme qui avait d’abord été connu, respecté, apprécié, malgré ses déclarations antisémites sans ambiguïté, comme un artiste antiraciste de gauche. Quelques années plus tard, le négationnisme était devenu une banalité,…

Lire la suite

Quittez votre mec, castrez le, et mangez vos enfants.

in Féminisme by

Au vu de l’ambiance du moment, et des effets extraordinaires des titres un peu provocants, nous aurions tort de nous en priver pour introduire ce communiqué de solidarité avec le festival “Sortir de l’hétérosexualité” auquel participe notamment l’une de nos membres. De quoi s’agit-il exactement ? D’un évènement féministe tout à fait banal, d’un point de vue théorique. Est il besoin de préciser que personne n’obligera quiconque a quitter son mec et manger ses enfants ? Aux dernières nouvelles, les thérapies de conversion, ce sont des hétérosexuels qui les imposent a des homosexuel.les, pas l’inverse, mais cela ne provoque pas les mêmes réactions outrées et haineuses de celles et ceux qui s’attaquent à ce festival dans des termes inacceptables. Il s’agit de faire une critique qui est loin d’être nouvelle : le couple hétérosexuel est un espace d’exploitation de la force de travail des femmes, force de travail invisible comme telle car non rémunérée – ce que l’on appelle en langage plus policé l “inégale répartition des tâches ménagères”, ou encore le “devoir conjugal”. Qu’il y ait ou non de l’amour, pour son mec ou ses enfants, n’invalide pas cette analyse. Le modèle hétérosexuel, c’est à dire celui qui dévalorise des formes d’activités humaines essentialisées comme féminines est loin d’avoir des effets uniquement dans la sphère privée. Si les métiers dits du “care” par exemple sont encore en grande majorité occupés par des femmes, s’ils sont sous-payés, précaires, dévalorisés, ce n’est pas un hasard. Si encore aujourd’hui, l’idée selon laquelle…

Lire la suite

Trump is Death, Abortion is Life.

in Non classé by

J’ai avorté. Pourquoi, ce n’est l’affaire de personne, sauf la mienne. La semaine dernière, j’ai participé à un rassemblement local de la Journée d’action pour défendre le droit à l’avortement. Parallèlement aux demandes de dons et à la participation sur le terrain, les organisateurs ont demandé à celles qui avaient bénéficié d’un avortement de partager leurs histoires. Les organisateurs ont théorisé qu’en parlant de nos expériences, nous pouvions personnaliser l’acte, l’humaniser. Comme pour la sexualité ou le genre, peut-être, devions-nous nous définir par nos avortements. Mes fils d’actus de réseaux sociaux sont remplis d’histoires d’âmes courageuses offrant leurs traumatismes en sacrifice à la justification de l’avortement. Pour beaucoup, il y a un élément émotionnel profond dans la décision d’avorter. Elles confessent toutes les raisons de leur décision comme si elles demandaient pardon. Victimes de viol. Victimes d’inceste. Victimes d’abus. Foetus non viables. Complications potentiellement mortelles pour la mère ou l’enfant. Mon coeur a mal pour elles , vraiment. Je crois que leurs motivations sont nobles. Mais leurs histoires détournent l’attention de la manière dont cet argument devrait vraiment être encadré. Qu’en est-il de celles d’entre nous qui ne sont pas victimes? Qu’en est-il de celles qui se sont simplement retrouvées enceintes? L’avortement ne doit pas nécessairement être motivé par un traumatisme. J’ai avorté. Je ne vais pas vous dire quel âge j’avais, ou quelle était ma situation à l’époque. Je ne vous dirai pas si j’avais utilisé ou pas une autre méthode de contraception. Je ne vais pas vous dire…

Lire la suite

Mais au fait, l’antisémitisme, c’est quoi ?

in Mémoires Vives by

Après une explosion d’actes et de discours antisémites qui est loin d’être terminée, alors que les thèses complotistes circulent non seulement largement mais de plus en plus ouvertement dans le débat public, comment ne pas diffuser l’intervention de Tal Bruttmann sur l’antisémitisme à un colloque organisé et diffusé en ligne en octobre 2017 par la CGT ? On vous prévient tout de suite, cette intervention est bien plus sympa à écouter que la lecture de notre tentative d’introduction ! Voilà en quinze minutes, de manière concrète et claire, l’essentiel, pour commencer à réfléchir à ce qu’est l’antisémitisme, ses liens avec le racisme et la xénophobie, ses spécificités. Nous ne pouvons pas vous mettre tous les exemples, mais vous y trouverez, dans le désordre, Weinstein, Picasso, Zemmour, Gainsbourg, Krasucki, bien sûr Rothschild et quelques autres encore. Et des complots et des banquiers, évidemment. Non seulement c’est pas chiant, mais ce qu’on apprécie à Lignes de Crêtes, c’est que cette intervention, tout en se concentrant sur les fondamentaux de l’antisémitisme, n’oublie en rien les autres idéologies de haine, ne cède jamais à l’essentialisation ni à l’idéalisation des minorités. Enfin des réponses aux questions que vous n’avez peut-être jamais osé (vous) poser sur l’antisémitisme. Beaucoup de rigueur sans rigidité et quelques lumières qui éclairent les mécanismes de la haine, pour mieux en sortir. Enjoy !

Lire la suite

Faire vivre la révolution syrienne, refuser la normalisation du régime Assad

in Chroniques du déni by

Le 18 février prochain, au centre Wallonie-Bruxelles de Paris (antenne de l’agence chargée des relations internationales Wallonie-Bruxelles), se tiendra une projection débat autour du film Damascus de Myrna Nabhan. Il s’agit là d’un évènement de normalisation et de relations publiques du régime Assad, qui intervient quelques jours après les premières arrestations en Europe de Syriens accusés de crimes contre l’humanité, en tant que membres des services de renseignements syriens. Myrna Nabhan est une jeune journaliste belge d’origine syrienne et marocaine. C’est une des figures de propagande du régime Assad, sur ses médias, télévisés notamment. Elle est proche de politiciens belges qui ne mettent en avant que le sort des chrétiens d’orient (alors que c’est l’ensemble de la population syrienne qui vit depuis des années des situations très dures), notamment Gorges Dallemagne. Dans une interview sur son film, Myrna Dabhan déclare « Dans le film, des jeunes parlent du coût de la vie, qui a énormément augmenté à cause de la guerre. Les gens n’ont plus les moyens de se nourrir. Ça peut être une raison pour un départ, ça peut pousser à prendre différentes décisions. Les sanctions internationales sont imposées au pays et c’est la population civile qui paye le prix. » Pas un mot donc de la politique du régime Assad et de ses crimes, en réaction aux manifestations pour la liberté, la justice et la démocratie ou avant la révolution débitée en 2011. Raconter la guerre, nous dit la présentation de son film, sur le site du centre Wallonie Bruxelles, « c’est…

Lire la suite

Ensemble, debout, contre toutes les haines

in Chroniques de la violence brune by

Ce 14 février, la maison d’éditions d’extrême-droite Ring a de nouveau laissé libre cours à ses obsessions racistes et morbides en accusant notre collectif d’être une sorte de Al Qaeda bis. En effet, nous avions eu l’impudence, la veille de publier un texte contre leur présence à la foire du livre de Bruxelles. Nous estimons en effet que les organisateurs de ce genre d’évènements, censés promouvoir la culture et le savoir, ont bien d’autres choix qu’un éditeur publiant Marsault (récemment condamné pour harcèlement à l’encontre d’une camarade féministe), Laurent Obertone (l’un des phares de l’extrême-droite française) ou Papacito qui appelait, il n’y pas si longtemps à constituer des milices violentes pour s’en prendre aux antiracistes. Nous sommes désormais habitués aux obsessions de Ring à notre égard. Et plutôt flattés que dans un élan de conspirationnisme assez risible, ils nous imaginent derrière toutes les initiatives de soutien aux victimes de leurs chasses virtuelles, qui enfin, ont lieu en ce moment. Par contre, nous n’accepterons pas d’être désignés comme des complices des attaques et des menaces terribles et inqualifiables qui pèsent sur Zineb El Rhazoui, cible de Daech et d’autres groupes terroristes. Nous savons qu’elle soutient clairement des auteurs d’extrême-droite comme Laurent Obertone ou Marsault. C’est son choix, et face à ce choix-là, nous serons solidaires de celles et ceux qui en subissent les conséquences. Mais notre choix, à nous, est aussi de ne rien avoir à dire de plus contre la femme victime des meurtriers et des terroristes, si ce n’est…

Lire la suite

1 2 3
Go to Top