"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Pro-choix, avec le Planning Familial, contre la transphobie et l’islamophobie

in A la une/Féminisme by

Que dire au sujet de l’affiche du Planning Familial représentant un homme enceint et surtout au sujet de la polémique qui dure depuis quelques jours ? En tant qu’homme trans, je pourrais être enceint. Ce n’est pas le choix que j’ai fait car je suis un peu binaire et pour moi c’était le rôle de sa mère de porter mon fils et de l’allaiter, mais j’aurais pu le faire. En 2017 les personnes trans n’ont plus été obligées d’être opérées, et donc de devenir stériles, pour changer de genre administrativement. Et bien sûr il y a des conséquences : les trans peuvent garder tout ou partie de leur corps biologique tout en vivant dans le genre qui leur convient. Il y a a donc des hommes enceints, des hommes qui allaitent et dans certaines maternités on peut parfois entendre “Poussez, Monsieur !” C’est la vie.

C’était prévisible qu’à avoir gagné autant de droits et autant de visibilité en si peu de temps la communauté trans s’attire les foudres réactionnaires et leur panique morale qui charrie des torrents de merde transphobe. Les hommes trans devraient renoncer à leur utérus, un homme enceint c’est contre-nature, ce sont des délirants qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas, leur délire prendra bientôt fin comme en Angleterre.
Je ne veux pas avoir l’air zemmourien mais encore une fois, c’est de la faute des arabes : si le Planning Familial n’avait pas eu l’outrecuidance de tolérer les femmes voilées, peut-être qu’il ne serait pas ainsi dans le viseur des néo-fascistes, des réactionnaires et des universalistes autoproclamés. C’est sans doute ça, être islamogauchiste : être détesté autant que les arabes et ne plus les voir comme l’Ennemi Principal. Je ne sais pas. Je n’ai pas d’ennemi, personnellement, je me contente de vivre ma vie, mais visiblement c’est difficile à supporter pour la sphère “y a que des citoyens et on s’en fout des particularismes”. Oui, on s’en fout tellement qu’il ne faut représenter que les gens blancs, hétéros, cis, parce que si on représente des femmes voilées, des noirs et des trans, c’est la porte ouverte à… A quoi ?

Hein ?

Il va se passer quoi si on montre des hommes enceints ? S’ils existent ?

Il va se passer quoi si la société occidentale accepte les gens qui ont un sexe biologique et un genre social qui ne sont pas congruents ?

C’est contre-nature-han ? Mais la nature permet seulement, elle n’interdit rien. Elle interdit de voyager plus vite que la lumière, pour le reste, seule l’humanité interdit. La nature permet les rapports sexuels entre personnes de même sexe, la nature me permet d’avoir la même barbe que mon père si je prends de la testo, la nature est présente dans la culture, dans la médecine, dans la science : nous vivons dans la nature. La nature n’en a rien à foutre que l’utérus soit celui d’un homme, la grossesse et l’accouchement auront lieu de la même manière : par césarienne ou par voie basse. La nature ne juge pas, seule la culture le peut. La nature ne prévoit pas de sanction lorsque deux chiens mâles pratiquent la sodomie, la nature ne prévoit pas d’apocalypse lorsqu’une lionne développe une crinière par excès de testostérone, la nature fait exister des êtres très variés. Il y a des papillons intersexes avec une aile femelle et une aile mâle, ils sont beaux, ils sont vivants, ils existent. Il n’y a pas de Grand Inquisiteur Papillon pour leur dire qu’ils doivent choisir, ni pour opérer les chenilles de force. La nature c’est comme les dieux : on leur fait dire ce qu’on veut, ce qui nous arrange, ce qu’on pense. Le “la nature” des conservateurs c’est le “les Français” des hommes politiques : ça ne désigne qu’eux-mêmes. Ce que veut la nature, ce que veulent les Français, ce que veulent les dieux, c’est assez prétentieux de dire le savoir, c’est très spécial de parler à la place de ce genre d’entités.

Autrefois pour être trans il fallait changer de sexe, forcément nous ne nous reproduisions pas tellement. Aujourd’hui on peut changer de genre sans changer de sexe, voilà tout. Et nous, les trans, sommes viables. Nous ne sommes pas stériles, nous ne sommes pas monstrueux. Nous avons des conjoints, des enfants, des parents. Nous avons un métier. Une vie. Nous ne nous cachons plus, et donc, on nous voit. Le Planning Familial a choisi de s’adresser à toutes les personnes qui ont besoin de lui, y compris les hommes trans, et alors ? Le Planning fait son taf depuis 65 ans, ils étaient où tous les gens qui crient aujourd’hui, quand un Planning local fermait faute de moyens ? Ils donnaient des ronds ? Non, ils s’en foutaient du Planning, ils s’en foutent toujours. Le Planning est pro-choix, ça va de soi. Mon corps = mon choix, pour l’avortement, la grossesse ou la transidentité. Mon corps = mon choix, le Planning est pro-choix, même pour le voile, mais oui, le Planning est pro-choix. C’est sa vocation. Il faut s’en remettre.

Les trans existent, il faut s’en remettre. Ils ne sont pas délirants, ils ne croient pas qu’ils sont cis, le fait d’être trans ne leur a pas échappé. Ils n’invisibilisent personne, on les voit, avant ils devaient se cacher, aujourd’hui ils ne se cachent plus, il faut s’en remettre. Personne ne va devenir invisible.

Cette haine qui se déverse dans un torrent d’injures n’est que le signe de la victoire. Oui, en France, les trans ont gagné le combat : ils peuvent vivre et fonder une famille, ils peuvent exister légalement. Bien sûr ça a des conséquences dans les paysages, on les voit parfois, oui. Mais personne ne va revenir là-dessus, les trans vont continuer à exister. Et même si le néo-fascisme était élu, même si les droits devaient régresser, à nouveau ils progresseraient ensuite, parce que c’est ainsi. L’Histoire est de notre côté : la société occidentale est de moins en moins binaire, la transphobie et l’homophobie y sont de plus en plus mal vues. Ainsi va la vie. La haine de la Manif Pour Tous n’a pas empêché les homos de se marier, la haine actuelle n’empêchera pas les hommes trans de vivre.

Les petites blagues de beauf sur l’identité de genre des gens et la vie sexuelle des minorités ne sont que le reflets des problèmes sexuels de ceux qui les prononcent. Quand quelqu’un rabaisse sexuellement autrui c’est qu’il y a une souffrance dans sa vie sexuelle à lui, c’est bien souvent comme ça que ça fonctionne. Alors, mes amis FtM (Female to Male), non, ne recevez pas toute la frustration sexuelle de ces vieux bourgeois hétéros cis, ni celle de leurs épouses alliées du patriarcat, elle ne retombe pas sur vous. Toute cette violence retombe sur eux, leurs vomissures éclaboussent leurs souliers, pas vous. Vous ne devez pas recevoir cette haine dans la tête parce que vous n’avez rien fait. Vous êtes différents ? Vous avez un dicklit et un vagin ? Mais c’est merveilleux, la différence, ça change. Sinon c’est toujours pareil. Vous n’avez en aucun cas à avoir honte d’être trans ni de pouvoir porter des enfants. Les transphobes doivent avoir honte de se moquer de vous parce que vous êtes différents. C’était eux qui, à l’école, se moquaient de celui qui avait des lunettes ou qui était en surpoids. La moindre différence était vécue comme une difformité, mais c’est terminé. Nous ne sommes pas difformes. Nous ne sommes pas monstrueux.
Vivons fiers, continuons comme ça. A nous regarder, ils s’habitueront.

Pour une administration exemplaire, préservons l’environnement. N’imprimons que si nécessaire.

Latest from A la une

Go to Top