"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Author

Antonin Grégoire

Antonin Grégoire has 39 articles published.

Antonin Grégoire
Activist, master in History, master in War Studies, spare time freedom researcher, reggae DJ and revolution writer. bloqué par Nadine Morano

Du « macronisme de gauche »

in A la une/Antisémitisme/islamophobie by &

Depuis sa victoire à l’élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron mène une entreprise de saccage de la vie politique française. Non content d’avoir siphonné les cadres d’un Parti socialiste en déshérence il y a cinq ans, celui qui se présente comme « ni droite ni gauche » vient de ravir aux Républicains nombre de ses têtes et de ses électeurs. Dans la confusion, une partie de la gauche s’affichant pro-européenne, scientiste et anti-autoritaire se rallie encore explicitement ou par défaut au bloc macroniste. Alors que le Président réélu assume de plus en plus son ancrage à droite, ce positionnement pose question et mérite d’être analysé. On sait depuis longtemps qu’il existe diverses manières d’être de gauche, et mille et une raisons de continuer à se taper dessus par organisations interposées entre sociaux-démocrates, trotskystes, autonomes ou néo-stalinien-nes. Ce que l’on sait moins, c’est que si la jambe gauche du macronisme est une jambe de bois, celle-ci ne s’est pas vermoulue en cinq ans grâce aux efforts intellectuels d’une gauche bourgeoise – auto-proclamée « gauche intellectuelle » – sourde aux questions sociales et enfermée dans une posture de dénigrement perpétuel de tout ce qui n’est pas elle. Qu’est-ce que la gauche macroniste ? L’expression « gauche macroniste » ressemble à un oxymore. En effet, elle recouvre davantage une réalité sociologique et discursive que politique. Elle désigne une partie de l’intelligentsia de gauche ayant, par pessimisme et souci de distinction avec son milieu politique, abandonné tout espoir réformiste – ne parlons même pas…

Lire la suite

Gab – a platform fight against deplatforming

in Médias etc./Other Languages by

Far Right freedom of expression Gab severely suffered from being blacklisted from all the internet service providers who suddenly cut their ties with the website. The move happened after it was revealed that the Pittsburgh synagogue shooter killing 11 in 2018 was a regular Gab user using the platform to promote its ideology. Gab is a platform preferred by many disinformation or hate speech actors. Like with other alternative platform, users like to benefit from having multiple accounts on other platforms and advertise for them. La Croix Du Sud, an account specialised in translating conspiratorial or disinformative content here promotes his Rumble and Odysee channels. Gab is openly dealing in the Free Speech marketing, branding themselves as protecting free speech and being the safe place for everything that is not unlawful in the US. They brand it in their 2020 annual report. When the internet infrastructure does not want you Gab came under real pressure after one discovered a Gab account attributed to Robert Bowers, the 2018 Pittsburgh synagogue shooter, charged with killing 11 people. After the massacre, Gab was exposed as a hate platform and subsequently dropped by its partners and had to struggle to stay online and with still accepting regular antisemitic posting on its platform. Gab history since that day, is a very interesting tale on how third-party services can be pressured for regulating alternative platforms when it comes to a certain point, and what can alternative platform do to avoid being regulated. After Pittsburgh, PayPal and…

Lire la suite

Debunk – Une enquête sur l’Infiltration européenne des Frêres Musulmans

in Debunk/islamophobie by

Le nouveau magazine réactionnaire Franc-Tireur, dans son numéro 2, propose une enquête titrée “Europe: braquage à l’islamiste” sur la campagne pro-Hidjab du conseil de l’Europe et l’infiltration islamiste captant les financement européens. L’enquête, son titre, son sujet et la ligné éditoriale de Franc-tireur induisent l’hypothèse que cette enquête pourrait être basée sur des informations fallacieuses, tronquées voir complètement fausses, ce qui justifie ce fact-checking. L’hypothèse, à vérifier, est induite par deux choses:  Le langage parfaitement complotiste: “Sous couvert d’antiracisme, plusieurs associations proches des Frères musulmans ont perçu des subventions aux montants parfois affolants. De quoi imposer leur idéologie et endoctriner la jeunesse par une propagande incessante”. L’obsession sur l’argent et les subventions, le hameçonnage “proche des Frères musulmans permettant d’affilier tout et n’importe quoi à une organisation tentaculaire dont on a déclaré qu’elle était nuisible, les mots clés “idéologie; endoctriner la jeunesse; propagande” qui sont l’apanage des groupes complotiste. Le complot se situant ici au cœur des institutions européennes ce qui permet de lier les peurs islamophobes avec les idées souverainistes. L’islamophobie et le souverainisme fondant le coeur de cible de Franc-Tireur, on peut craindre que cette enquête soit plus proche du clickbait que de la déontologie du journalisme. Le contexte islamophobe et d’extrême droite dans lequel se sont inscrit les attaques contre cette campagne du Conseil de l’Europe et qui ont généré un mélange entre faits, fictions, délires d’extrême droite, invention pure et simple et opinion. Une “enquête” sur ce terrain s’avérant donc particulièrement difficile et pas forcément à…

Lire la suite

Access to platforms’ data for vetted researchers? not a smart move

in Médias etc./Other Languages by

It is an idea that managed to reach a consensus among lobbyists, researchers, lawmakers, platforms and made its way to the Digital Services Act, the regulation that will be one backbone of how European democracy deals with the Internet. Access to data for vetted researchers is article n31 of the Digital Services Act and it is a bad idea. At first, sight it may sound good to put together “access”; “data” and “researchers” in the same regulation, and to secure it by adding “vetted”. But when looking in-depth the picture is more troubling. Let’s ask ourselves the following three questions: what kind of access, what is “data” and what is a “vetted researcher”? What we really need is platform transparency, public access and whistleblowers (and the Facebook papers leaked by Frances Haugen to be made available for everyone). Dura Lex Sed Lex Officially called “Data Access and Scrutiny” the article 31 of the DSA considers that platforms would grant access to “data” for some “vetted researchers” “for the sole purpose of conducting research that contributes to the identification and understanding of systemic risks” What is a systemic risk one may ask? Systemic risks are defined in article 26 of the DSA and cover the following: Dissemination of illegal content. Negative effects for the exercise of the fundamental rights to respect for private and family life, freedom of expression and information, the prohibition of discrimination and the rights of the child. Intentional manipulation of their service, including by means of inauthentic…

Lire la suite

“La soupe sera servie à 11h30” – Que commémore-t-on le 11 novembre?

in Mémoires Vives by &

Le 11 novembre 1918 à 11 heures toutes les cloches de France sonnent à la volée. On entend des cris “cessez-le-feu!” Et la Marseillaise résonne à tue-tête et gorge déployée. Un énorme soulagement envahit toute l’Europe; quatre ans de massacre prennent fin. L’armistice a été conclu le matin-même à 5h20 entre les Allemands et les forces de l’Entente, sur la Clairière de Rethondes à Compiègne. “L’armistice suspend les opérations de guerre par un accord mutuel des Parties belligérantes. Si la durée n’en est pas déterminée, les Parties belligérantes peuvent reprendre en tout temps les opérations, pourvu toutefois que l’ennemi soit averti en temps convenu, conformément aux conditions de l’armistice.” En raison de la date et de l’heure très précise de l’arrêt des combats à 11h (le 11ème jour du 11ème mois de l’année), voulue par le maréchal de France Ferdinand Foch, on a pu identifier le dernier soldat français mort de la Première Guerre mondiale. Il s’appelait Augustin Trébuchon et ce poilu était chargé à 10h50 soit 10 minutes avant que les cloches retentissent la fin des combats, pour une ultime mission, d’apporter un message à son capitaine positionné à 2 kilomètres de là. “La soupe sera servie à 11h30”. Cette soupe à la saveur de la fin de la guerre, qu’il ne mangera donc jamais. De cette mort, l’armée française n’est point fière et la falsifie pour qu’elle soit datée du 10 novembre. Ceux et celles qui sont morts les jours suivants le 11 novembre ne seront plus considérés…

Lire la suite

La polémique Substack vol.2: le raciste de gauche croit qu’il est un juif qui a intégré la République

in Médias etc. by

“Woke”, “Stay woke” (Anglo-Américain: “éveillé”, “rester éveillé”): Terme évoquant la prise de conscience des problématiques concernant la justice sociale et l’égalité raciale. Ayant fait son apparition au XIXème siècle pour soutenir Abraham Lincoln dans son projet de prévenir la propagation de l’esclavage (voir aussi le mouvement des “wide awakes”), le terme “woke” prend au cours du XXème siècle  la connotation d’“être conscient” et “bien informé” dans un sens politico-culturel. Etant présent dans plusieurs chansons par exemple du chanteur afro-américain Huddie Ledbetter, son sens politique est davantage renforcé à travers le mouvement panafricain et Marcus Garvey. Faisant sa réapparition en 2014 avec le mouvement Black Lifes Matter, “woke” ne désigne désormais plus uniquement la vigilance face aux discriminations raciales, mais il est également employé comme encouragement pour d’autres luttes sociales, comme celles des droits LGBT ou d’autres populations marginalisées. Récemment, le terme se retrouve  utilisé de manière péjorative et sarcastique par des forces conservatrices et l’extrême droite pour nuire à la politique progressiste… L’idée initiale de Substack était, on l’a dit dans le précédent article, de renouveler le modèle économique des médias en échappant à la publicité. Puisque la publicité est captée par les plateformes et que cela assèche les médias, alors le renouveau des médias passe par le contournement de la publicité avec un modèle de newsletter individuelles payantes : Substack. Avec un certain nombre de petits arrangements cependant. On a vu comment le modèle Substack est en fait basé sur la mise en avant de contenu réactionnaire très rentable et…

Lire la suite

La controverse Substack et Le modèle économique de la Gauche Raciste, Vol.1

in Médias etc. by

La pensée réactionnaire française et la gauche raciste tricolore, est obsédée par l’invasion de théories “venues des Etats Unis”. Des théories du genre, de l’antiracisme, du multiculturalisme, tout cela viendrait des campus universitaires américains, s’infiltrerait dans nos universités par le biais des islamo-gauchistes et détruirait insidieusement la France. Ces croyances sur l’américanisation sont assez commodes pour la gauche raciste, les souverainistes et les réactionnaires anti-antiracistes et autres obsédés du complot Woke. Celà permet d’expliquer comment font les Arabes pour affaiblir la grande Nation de France alors qu’ils sont clairement des inférieurs civilisationnels aux yeux de la gauche raciste, privés de laïcité et d’universalisme: ils sont aidés en fait par les campus américains. On peut aussi renouer avec les vieux mythes antisémites d’une cinquième colonne actionnée depuis l’étranger. On peut même comme certains souverainistes, recycler le fond de pot sur l’Empire contre la Nation. Tout cela est très commode mais c’est aussi une réaction à une réalité : le mouvement anti-raciste américain est celui qui a permis, par ses luttes acharnées, et au prix de morts, de se débarrasser de Donald Trump qui était l’avant garde du fascisme réactionnaire dans le monde. La résistance américaine au fascisme, incarnée dans le mouvement Black Lives Matter, est quelque chose qui a inspiré outre Atlantique et que l’on a envie d’imiter. Et ce phénomène d’émulation inquiète en France les tenants de la ligne de la gauche raciste, souverainiste et Printemps Républicain modéré ou radicaux, convaincus que « la gauche doit parler aux électeurs de Trump et…

Lire la suite

Les Ides de Mars… de la Révolution syrienne à Christchurch

in Révolution by

Il y a dix ans, c’était le début de la révolution syrienne. Une révolution universelle comme toutes les révolutions et qui allait changer la face du monde, comme toutes les révolutions. Mais dans le cas de la révolution syrienne, comme elle était faite par des Arabes et qu’on aimait pas trop les Arabes, c’est sa répression qui avait, pour l’instant, changé la face du monde. Un massacre franc et massif fait sous les applaudissements, les silences gênés et les hypocrisies opportunistes d’à peu près tout le monde. Il y avait ceux qui applaudissaient. Poutine allait « régler le problème » de l’Orient et de son pipeline compliqué, Assad qui portait une cravate était un héro qui luttait contre les Arabes Saoudiens (qui n’en portaient pas et qui était donc plus éloignés de la civilisation), et l’expert géographe qui se réjouissait que la répression permette “d’aérer la Syrie de quelques millions de personnes”. Il y avait là les silences gênés aussi. Des silences de ceux qui s’étaient mis à faire beaucoup de bruit à partir des attentats de 2015. Quand finalement, tout bien considéré, on a admis sans vraiment le dire trop fort, que les attentats c’était un peu la faute de la France en Syrie. La France avait semble-t-il soit trop, soit pas assez bombardé “là bas”, ce qui au final avait provoqué les attentats “ici”. La France devait dès lors, changer de politique en Syrie et bombarder soit plus soit moins, mais dans tous les cas changer de politique.…

Lire la suite

Le rôle des plateformes dans le fascisme d’intérêt public

in Médias etc. by

Non le PDG de Twitter n’a pas décidé seul de supprimer le compte du président US. Non les plateformes ne sont pas en détention d’un monopole d’un service public et non, la suppression d’un compte n’est ni une censure, ni la régulation unilatérale du débat public. Ce qui vient d’arriver avec la suppression du compte Twitter de Donald Trump suite aux émeutes du Capitole est l’aboutissement d’un processus long et complexe, et d’une révolution dans la politique de modération des plateformes qui a pu avoir lieu dans le contexte de l’épidémie de Covid et grâce au mouvement antiraciste de Black Live Matters et des solidarités qu’il a engendré dans la société. Petit retour en arrière D’abord il faut se souvenir de pourquoi Trump était sur Twitter. Trump était sur Twitter afin de contourner l’organisation démocratique normale, ses régulations et ses contre-pouvoir, notamment les médias. Trump n’a eu de cesse d’insulter, menacer et mépriser les journalistes qui lui posaient des questions ou faisaient des enquêtes. Pour ce faire il a pu recourir à un outil qui est Twitter et grâce auquel il pouvait, en très peu de mots, dicter une politique sans avoir à s’en expliquer, ni en conférence de presse (qui étaient passées à insulter les journalistes) ni face à une opposition politique, ni face à sa propre administration. C’est ça que permettait Twitter, une parole en nombre de mots ultra réduits passé directement du leader charismatique au “peuple” sans aucun intermédiaire, limitation ou contrôle. Twitter de son côté, ainsi…

Lire la suite

Variations en jaune et brun autour de François Ruffin

in Chroniques du déni by

Les récentes déclarations de François Ruffin ont déclenché une petite vague de colère étonnée à gauche. L’homme qui incarnait la version libertaire, jeune, mouvementiste de la FI a brusquement tenu des propos dignes d’un Djordje Kuzmanovic, parti du mouvement justement parce qu’il ne le trouvait pas assez nationaliste. Or aujourd’hui ce nationalisme, frileux et assumé à la fois, est donc repris par celui qui est resté, et à qui beaucoup de gens accordaient une sensibilité de gauche plus grande que celle de Mélenchon. C’est cependant une illusion de longue date. Ruffin est depuis un bout de temps l’incarnation la plus médiatique d’une mouvance beaucoup plus large, qui entend bien profiter de la présidentielle et de la visibilité de la FI pour continuer à imposer une ligne anti-système. Il n’y a pas que Ruffin, il n’y a jamais que Ruffin. Ce qu’il représente est une mouvance qui fonctionne depuis des années avec la même logique:  on va convaincre les gens non pas sur de la politique ou des idées de gauche mais en se ralliant à toutes les idées anti-système qui sont à la mode et cela peut aller du tirage au sort version Etienne Chouard, jusqu’à des prises de position anti-vaccins. Exprimé par Ruffin en ces termes “Le code du travail c’est très technique il faut attaquer Macron sur des trucs à la cons genre les vaccins”. Cette phrase date de 2017, et il faut donc reconnaître une grande capacité d’anticipation au leader insoumis: pour s’en convaincre, on peut relire…

Lire la suite

1 2 3 4
Go to Top