"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Marsault, dessinateur d’extrême droite condamné pour harcèlement

in Chroniques de la violence brune/Féminisme by

Communiqué de Lignes de Crêtes du 22 janvier 2019 et mise à jour du 3 février 2019

Ce 18 janvier le dessinateur d’extrême-droite Marsault a été condamné à une amende de 5000 euros (et 5000 autres mais en sursis) ainsi qu’à 2000 euros d’indemnisation pour avoir appelé au harcèlement en ligne de Megane Kamel, militante féministe et antifasciste.

Cette décision de justice est un des aboutissements d’un combat inégal : d’un côté il y avait un homme de pouvoir, capable de mobiliser en quelques heures des milliers de harceleurs, eux-mêmes prêts à déployer insultes, intimidations, menaces, intrusions dans la vie privée d’une militante. Un homme de pouvoir, soutenu par Ring, maison d’édition florissante, comptant parmi ses auteurs des leaders culturels de l’extrême-droite comme Laurent Obertone. Un homme de pouvoir qui a lancé sa traque à un moment où il bénéficiait d’un lectorat bien plus vaste que son camp politique, qui était reçu dans de nombreux salons littéraires et de nombreuses librairies et défendu très largement, même dans certaines parties de la gauche , au nom de la « liberté d’expression ».

En 2016, protester contre la violence des dessins de Marsault, outil de propagande raciste et sexiste, quelle que soit leur qualité artistique – ce dont nous n’avons que faire -, c’était un peu crier dans le désert.

Trois ans plus tard, le combat de Megane a donné beaucoup de courage à d’autres dont nous sommes. Combat politique, combat psychologique, combat judiciaire.

C’est un donneur d’ordres qui est condamné aujourd’hui. Et c’est une jurisprudence importante : bien au-delà du cas de Marsault. En effet, il n’est pas le seul à pouvoir mettre en branle des centaines ou des milliers d’individus en quelques heures contre des militantEs, des personnes connues ou anonymes, pas le seul à l’extrême-droite à utiliser ce type de persécutions pour faire taire les voix discordantes. Pas le seul à lancer la horde avant de se retrancher derrière le « moi je n’ai rien fait personnellement », quand la piétaille hargneuse menace, insulte et intimide.

Cette décision est donc aussi un avertissement pour les leaders d’opinion des réseaux sociaux, les animateurs de sites fascistes importants ou les sites d’extrême-droite à grande audience qui se livrent aux appels au harcèlement.

Ce 18 janvier, une autre audience avait lieu : Marsault , soutenu par Ring avait décidé d’assigner en justice pour diffamation Yan Lindingre. Stratégie habituelle de l’extrême-droite , le retournement victimaire est utilisé dès lors que les proies osent faire face aux chasseurs. Virilisme facile et délirant du côté pile, larmes de crocodile du côté face.

Dans les deux cas, une seule obsession: faire taire celles et ceux qui appellent un chat, un chat, et les militants d’extrême-droite par leur nom.

Merci et solidarité à Megane Kamel qui a démonté la première pièce du Ring, on continue..

Mise à jour du 3 février 2019

Ce 2 février, le harceleur d’extrême-droite, Marsault qu’une décision de justice a reconnu comme tel a récidivé dans l’injure contre celle qui l’a fait condamner. Dans un long post amer, sans dessin, il excite de nouveau ses troupes contre Megane Kamel et ses « comparses ». Manifestement, c’est surtout le fait d’avoir à sortir son portefeuille qui le rend ivre de rage. La posture de l’artiste blessé dans son œuvre a cédé la place au visage plus trivial du commerçant qui fait son beurre à la haine et doit déduire de ses juteux bénéfices, le prix de sa lâcheté. La défaite a manifestement contrarié les autres prétendus poids lourds du Ring, Papacito et Laurent Obertone qui ont repris la diatribe de Marsault.

Rien d’étonnant, à l’extrême-droite, l’appât du gain est monnaie courante, Dieudonné, autre « artiste » près de ses sous se lamente de la même manière dans les mêmes circonstances. Marsault lui, pousse le ridicule et l’indécence jusqu’à se présenter comme le harcelé et à jalouser la cagnotte de solidarité que notre collectif avait lancée pour Megane Kamel.

Malheureusement, le ridicule, lorsqu’il émane de l’extrême-droite peut tuer. Suite à sa diatbribe, Megane Kamel a d’ores et déjà reçu de nouvelles insultes en message privé. A titre d’exemple non isolé attestant des fantasmes du public de Marsault sur son mur, 230 personnes ont liké le commentaire d’un courageux qui regrette que Megane Kamel ne se soit pas encore suicidée. Sur le mur de ses comparses Obertone et Papacito les injures racistes comme « chamelle » accompagnent les incitations au suicide. Ring là aussi ne choisit pas ses victimes au hasard, Laurent Obertone avait également ciblé une camarade arabe de notre collectif.

Cela reflète banalement l’objectif final de toutes les violences psychologiques faites aux femmes, plus ou moins assumé par tous les hommes qui n’osent pas (encore) en venir à la violence physique. Le harcèlement psychologique leur semble être plus susceptible d’impunité, mais l’intention est la même. Raison pour laquelle nous nous battons pour qu’il ne soit plus relativisé car il peut produire les mêmes dégâts.

Nous allons continuer. Nous espérons ne pas le faire seulEs, appelons l’ensemble des individus, collectifs et organisations féministes et antifascistes à se réapproprier et à diffuser la victoire judiciaire et politique de Megane Kamel, et proposerons d’autres initiatives à toutes celles et ceux qui veulent démonter le Ring de la violence bestiale qui se cache derrière la maison d’édition.

Notre dossier de presse sur Ring est ici

Quelques commentaires postés hier sur les murs publics de Marsault, Papacito et Laurent Obertone.

Latest from Chroniques de la violence brune

La fange et le droit

Le 15 septembre après-midi se tenait devant la 17e chambre du Tribunal
Go to Top