"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

DAU: de l’art de faire son beurre avec l’exploitation et la souffrance humaine

in Chroniques de la violence brune by

J’ai vu, dans mes contacts Facebook, plusieurs partages dithyrambiques sur “DAU”, un projet gigantesque de film/installation artistique à mi-chemin entre la télé réalité, le théâtre immersif et l’expérience totalitaire.

DAU c’est le projet d’un réalisateur qui s’appelle Khrzhanovsky, qui semble disposer d’un pouvoir et de moyens illimités. Il a créé un set de tournage en Ukraine, reproduisant une ville, truffée de caméras cachées, et dans laquelle, pendant 3 ans, 400 personnes ont vécu, plus ou moins en immersion, dans une imitation de système totalitaire.

Dicature Immersive pour les clients spectateurs…

Les images produites vont être diffusées à Paris en étant intégrées à une sorte de spectacle immersif au théâtre de la Ville à Châtelet. Pour les visionner il faut remplir une demande de Visa qui pose des questions intimes (en autorisant l’exploitation de nos données personnelles sans aucune restriction à DAU), payer cher et s’engager à rester entre 6h et 24h à l’intérieur du dispositif.

J’ai évidemment d’abord été intrigué par ce projet qui semble hors normes, mais plusieurs choses, dans les articles (très positifs) que mes contacts partageaient, m’ont rapidement gêné.
Dans plusieurs de ces articles, il était fait mention, au détour d’une ligne, comme si ça n’était qu’un détail, de travail gratuit, d’autoritarisme du réal, de crises de folie ou de violence non simulées et filmées, etc.

Cela m’a alarmé et s’est ajouté à la méfiance que j’avais déjà à l’idée que des privilégiés, en France, payent pour se donner le frisson de la dictature. Je me suis donc un peu plus renseigné.
Il ne m’a pas fallu aller bien loin. Il est extrêmement facile de trouver sur internet des descriptions plus approfondies des conditions dans lesquelles le tournage a été réalisé et sur la personnalité du réalisateur.

Ce que j’ai pu lire est si horrible, d’une telle atteinte aux conditions de travail (et pour certaines à la santé mentale) des personnes filmées, d’une telle misogynie, d’un tel sadisme, que je ne comprends pas que quiconque envisage d’y participer en filant du fric pour le projet sous prétexte de ne pas rater cette “œuvre d’art hors normes”.

Immersion Dictature aussi pour les travailleur.euses

Déjà en fouillant un peu on trouve très rapidement beaucoup plus de détails sur les conditions de travail des personnes qui ont participé au tournage.

Immersion des travailleur.euses type télé réalité, avec consentement vicié car beaucoup ne savent pas exactement à quoi iels participent, pour combien de temps, comment les images vont être utilisées.
Plusieurs sources affirment qu’il y a eu l’usage de caméras et de micros dissimulés, quelques autres sources le nient. Ce qui semble avéré cependant c’est qu’il y avait effectivement ces dispositifs dans des espaces intimes (salon, chambres des logements) mais pas forcément à l’insu des travailleur.euses qui y habitaient. Mais l’idée est quand même d’oublier la présence de la caméra dans le quotidien et au final de ne plus savoir ce qui est filmé ou pas, ce qui risque d’être retenu ou pas.

Toutes les sources parlent de travail gratuit ou sous-payé.
Et quand ce travail est payé, le réalisateur a mis en place un système de punitions par l’amende (donc la retenue sur salaire) si on ne suit pas à la lettre les règles folles et arbitraires qui lui passent par la tête.

De nombreux articles parlent de ces licenciements abusifs sur simple caprice du réalisateur, ou si vous perdez votre santé mentale à cause des conditions de travail.
De nombreux.ses participant.e.s au tournage en parlent comme d’une secte, disent y avoir été victimes de violence, développent du PTSD, etc..

A cela s’ajoutent des témoignages sur la personnalité du réalisateur décrit comme mégalomane, sadique, misogyne harcelant et humiliant les femmes autour de lui, ou arrivant à ses fins avec elles en usant de son pouvoir.

Il n’est pas compliqué d’avoir accès à tout cela en compilant les nombreux articles sur ce projet. Cependant il y en a un qui sort du lot, autant par tous les détails affreux qu’il donne que par sa complaisance à l’égard de ce projet.

Extraits parlants

Voici donc des extraits de cet article “The Movie Set That Ate Itself” (relayé par Trax magazine comme l’article de référence, on croit rêver) pondu pour GQ par un certain Michael Idov, un type dont on ferait bien de se rappeler pour ne plus jamais le lire et changer de trottoir quand on le croise dans la rue. Cet article est un bon exemple de ce que les féministes nomment la culture du viol. On se dit à sa lecture qu’on devrait boycotter DAU mais aussi se torcher le cul avec GQ.

L’article est très difficile à lire car l’auteur, tout en dévoilant un liste de comportements abusifs de la part du réalisateur, ne cache pas son admiration pour ce “génie”. Il décrit des scènes qui sont clairement du harcèlement sexuel avec un ton léger comme si il s’agissait d’anecdotes croustillantes qui montrent à quel point Khrzhanovsky est de ces doux dingues qui font les grand artistes (hommes).

Morceaux choisis:

    • Le réal parlant à la troisième personne d’une actrice présente, comme si elle n’était pas là :

“Tear off her eyelashes,” he says without breaking stride. “She looks like an intellectual whore.”
“Well, that was the idea!” the makeup artist yells to his back.
“Sure,” says Khrzhanovsky, pivoting on one heel like an ice dancer. “But try to make her look less whorish. Impossible, I know.”

“Arrache lui les cils” dit il sans s’arrêter “elle ressemble à une pute intello”
“C’est l’idée” lui répondit le maquilleur dans son dos
“Surement” dit Khrzhanovsky en pivotant sur son talon comme un patineur artistique, “mais essaye quand même de faire en sorte qu’elle ait l’air moins pute. Impossible, je sais…”

    • Misogynie et licenciements abusifs:


“People come and go in disorienting waves. When Khrzhanovsky likes someone—more often than not a young woman—he offers them money and an important-sounding title at once. When someone rubs him the wrong way, he fires them midshot.”

Les gens vont et viennent par vagues incohérentes. Quand Khrzhanovsky apprécie quelqu’un – la plupart du temps une jeunes femme – il lui offre immédiatement de l’argent et un titre qui sonne bien. Lorsque quelqu’un le démange il le vire sur le champs

    • Accrochez vous, ici le réalisateur rencontre une aspirante participante au projet (il les choisit notamment si elles sont physiquement à son goût) en tête à tête. Il la prive de sommeil et lui pose des questions d’ordre sexuel. Il la traumatise (elle tremble de dégoût) et la recale… TROP ARTY !

There they talked for two hours more, until 3 a.m., this time in private. The questioning quickly switched from art to sex. When did you lose your virginity? Can you come up to a guy in a club and fuck him without finding out as much as his name? Are any of your friends whores? (“I couldn’t understand whether he meant professionals or just slutty,” Yulia says. “By that time, I was well into my second sleepless night. I just wanted it all over with so I could go to sleep.”)
The director wouldn’t make an actual move—that wasn’t his style—but clearly expected her to throw herself at him. “When I got out,” remembers Yulia, “everyone was like, ‘Did he ask you about sleeping with other women?’ That seemed to be an important part of his interview process.” In the morning, when she saw Khrzhanovsky, she started uncontrollably shaking with disgust. Soon after, an assistant curtly told her to leave: “You and Ilya have very differing outlooks on life.”

Ils parlèrent pendant deux heures jusqu’à 3 heures du matin, cette fois-ci en privé. L’interrogatoire dévia rapidement de l’art au sexe. Quand as-tu perdu ta virginité? Peux-tu aller vers un type dans une boite et le baiser sans même connaitre son nom? Est-ce que tu as des amis qui sont des putes? (“je n’ai pas pu savoir si il voulait dire des professionnelles ou juste salope,” dit Yulia. “A ce moment j’en était déjà à ma deuxième nuit sans sommeil. Je voulais juste que ça se termine et aller dormir.”)
Le réalisateur n’irait pas faire un geste – ce n’était pas son style – mais attendait clairement qu’elle se jette à lui. “Quand je suis sorti,” se souvient Yulia, “tout le monde était genre ‘est-ce qu’il t’a demandé des trucs à propos de coucher avec d’autres femmes?’ Apparament c’était une part importante de son procédé d’interview.” Le lendemain matin, quand elle a vu Khrzhanovsky elle s’est mis à trembler de dégoût de façon incontrôlée. Peu de temps après, un assistant lui demanda sechement de quitter les lieux. “Toi et Ilya (Khrzhanovsky) avez des points de vues très différent sur la vie.”

    • La puissance créatrice de l’artiste est liée à sa puissance virile sexuelle (que des esprits chagrins appelleraient un comportement de prédateur sexuel):

(Parlant de la biographie de Khrzhanovsky)
“A few short years later, he was a dedicated club kid and one of Moscow’s premier pickup artists. The legends of his exploits still make for party-chat fodder. One friend recalls the 16-year-old Ilya approaching strange women, on a dare or a bet, and saying in his soft voice, “Come suck me off in the bathroom.” (It somehow sounds even worse in Russian.) And they would. Some of them, anyway. Khrzhanovsky hit on everyone. It cost him friendships. But it also got him laid, again and again. “His main driving force in life is crippling, animal lust,”

Quelques courtes années plus tard, il était un jeune clubber assidu et l’un des pickup artist vedette de Moscou. La légende de ses exploits sert encore de matière pour les discussions en soirée. Un de ses amis se souvient d’Ilya, par défi ou pari allant aborder des femmes inconnues et leur disant d’une voix douce “viens me sucer dans les toilettes”. (Curieusement ça sonne encore pire en Russe.) Et elles y allaient. Certaines en tout cas. Khrzhanovsky a dragué tout le monde. Ca lui a couté des amitiés mais ça lui a permis de baiser encore et encore. “Son principe moteur dans la vie est un désir animal, paralysant”

    • On dirait le club Med:

Some say they’d happily work with Khrzhanovsky again, others claim something akin to PTSD. “It’s almost slavery,” writes one former crew member in a blog. “But Ilya managed to make everyone think they were part of something truly great.”

Certains disaient qu’ils seraient heureux de retravailler avec Khrzhanovsky, d’autre décrivaient quelque chose se rapprochant du PTSD (stress post-traumatique). “C’est presque de l’esclavage”, écrit un ancien membre de l’équipe sur un blog. “Mais Ilya a réussit à faire croire à tout le monde qu’ils faisaient parti de quelque chose de vraiment génial.”

Pas de surprise que ce journaliste assiste à tout cela sans s’en insurger puisque lui-même semble être bien sexiste. Le voici en train de parler d’une participante qui lui montre la chambre dans laquelle elle vit sur le tournage:
“It’s an intensely erotic and odd moment, this tiny pet showing off her cage.” (C’est un moment intensément érotique et étrange, ce petit animal qui montre ainsi sa cage)

Bref, cet article est édifiant car bien qu’il essaye de dresser un portrait positif de cette œuvre et du réalisateur il ne parvient pas à cacher tous les manquements aux droits du travail et aux droits humains sous le prétexte de l’art et de l’expérience sociale.

Comme si cela ne suffisait pas en cherchant un peu on découvre également que Khrzhanovsk, sous le prétexte d’être au plus près de la réalité, a notamment employé des néo-nazis, qui ont été, sans surprise, particulièrement violents pendant le tournage. Le performeur américain Andrew Ondrejcak a été l’une de leurs cibles. On peut lire dans l’article “DAU sème le trouble et les roubles” du Monde: “A plusieurs reprises, ils le molestent au prétexte qu’il serait “une tapette”. Joint par Le Monde, l’artiste new-yorkais s’est dit “trop traumatisé pour témoigner”.

Ces méthodes de recrutement soit disant “pour être au plus près de la vie” ont également conduit Khrzhanovsk à recruter ou essayer de recruter des travailleuses du sexe (il a notamment approché le STRASS en France). Non pas parce qu’il veut qu’elles puissent jouer leur propre rôle ou un rôle proche d’elles-mêmes, mais parce que les travailleuses du sexe seraient plus solides, pourraient encaisser sa violence.

A Paris, une actrice française refuse de faire la doublure voix d’une scène qu’elle juge trop perturbante, trop violente. Il s’agit d’une scène de viol, avec une bouteille, lors d’un interrogatoire du KGB. Extrait du même article du Monde: ” Je ne peux pas cautionner ça. C’est la femme qui souffre, pas l’actrice !”, s’émeut-elle auprès du réalisateur. “On s’en fout ! C’est une prostituée, je l’ai trouvée dans un bordel sadomasochiste !”, lui a-t-il répondu.”

C’est de l’art, t’as pas compris

On va me dire que j’ai rien compris que c’est justement la beauté, la profondeur du truc, qu’en reproduisant un climat totalitaire le réalisateur brouille les pistes entre la fiction et la réalité, le jeu et la vie, blablah. Aucun de vos concepts artistiques ou philosophiques fumeux de pseudos intellectuels se branlant mutuellement la nouille ne justifie la torture d’être humains ou d’animaux.
Marre que soit minimisée l’importance de conditions de travail décentes et la gravité de l’exploitation d’être humains comme si l’ART devait échapper à ces préoccupations.

Marre de donner du pouvoir, du fric, de la légitimité à des types comme Khrzhanovsky en cachant leurs comportements de prédateurs sexuels sous la qualification de “génies”.

C’est à mon sens extrêmement alarmant que des gens partagent et fasse la com’ de DAU, sans s’interroger un peu plus au delà de l’aspect fascinant du truc.

Cela me semble inconcevable qu’on puisse envisager de refiler ne serait-ce qu’un centime à ce projet. D’autant plus en se drapant de bonne conscience, en se disant qu’on participe d’une expérience artistique historique et avant-gardiste. Sans avoir l’honnêteté de reconnaître que si vous allez, en toute connaissance de cause, aux représentations à Paris, ça sera uniquement pour votre gratification personnelle, au mépris des conditions qui ont permis l’existence de l’oeuvre.
À ce prix là, si vous voulez vous immerger dans un spectacle grandeur nature fignolé dans ses moindres détails par des travailleur.euses exploitée, allez à Disneyland. Au moins les employé.e.s y sont quand même payé.e.s.

Trans, féministe

Latest from Chroniques de la violence brune

Go to Top