"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Variations en jaune et brun autour de François Ruffin

in Antisémitisme/Chroniques du déni/Négationnisme by

Les récentes déclarations de François Ruffin ont déclenché une petite vague de colère étonnée à gauche. L’homme qui incarnait la version libertaire, jeune, mouvementiste de la FI a brusquement tenu des propos dignes d’un Djordje Kuzmanovic, parti du mouvement justement parce qu’il ne le trouvait pas assez nationaliste. Or aujourd’hui ce nationalisme, frileux et assumé à la fois, est donc repris par celui qui est resté, et à qui beaucoup de gens accordaient une sensibilité de gauche plus grande que celle de Mélenchon.

C’est cependant une illusion de longue date. Ruffin est depuis un bout de temps l’incarnation la plus médiatique d’une mouvance beaucoup plus large, qui entend bien profiter de la présidentielle et de la visibilité de la FI pour continuer à imposer une ligne anti-système. Il n’y a pas que Ruffin, il n’y a jamais que Ruffin.

Ce qu’il représente est une mouvance qui fonctionne depuis des années avec la même logique:  on va convaincre les gens non pas sur de la politique ou des idées de gauche mais en se ralliant à toutes les idées anti-système qui sont à la mode et cela peut aller du tirage au sort version Etienne Chouard, jusqu’à des prises de position anti-vaccins. Exprimé par Ruffin en ces termes “Le code du travail c’est très technique il faut attaquer Macron sur des trucs à la cons genre les vaccins”.

Cette phrase date de 2017, et il faut donc reconnaître une grande capacité d’anticipation au leader insoumis: pour s’en convaincre, on peut relire cet article publié dans son journal Fakir, qui deux ans avant la pandémie et l’explosion politique du conspirationnisme sur les vaccins, énonce un à un tous les arguments qui vont être développés en 2020, dont l’accusation d’anti-démocratie médicale (soit la dictature sanitaire) et également le fameux “droit au doute” sur les vaccins, une rhétorique que les amis de monsieur Ruffin appliquent à de nombreux sujets, notamment l’histoire de la seconde guerre mondiale et du génocide commis par les nazis comme nous allons le voir.

Derrière Ruffin et sa passion pour les frontières c’est tout un petit réseau qui s’emploie à capitaliser sur la crise du Covid.

Ainsi “l’université confinée” de la chaine Youtube du Canard Réfractaire apparait prometteuse.
Le Canard Réfractaire est une chaine You Tube lancée entre Guingamp et Lannion dans la foulée des Gilets Jaunes. Le Canard Réfractaire a aussi l’ambition, en exploitant au mieux les 998 euros par mois qu’il récolte sur Tipeee grâce à ses vidéos, de se constituer en association de presse pour avoir la carte de journaliste.

Le Canard Réfractaire étale sur Youtube les idées de Ruffin, de Chouard et de Frank Lepage. Frank Lepage est notamment un petit malin qui, un temps a fait mine de rompre avec Chouard à cause de son soutien affiché à Soral (dans cet entretien) et de ne plus le voir.  Depuis janvier dernier, les deux hommes se sont parfaitement réconciliés, si tant est qu’ils aient jamais été brouillés pour des choses aussi futiles que du soutien à Soral et du pro-négationnisme.

Toute cette petite équipe s’est regroupée depuis les Gilets Jaunes, convaincue que c’est bien Chouard qui avait raison, en assumant ouvertement son soutien à Soral et ses sorties négationnistes, et qu’on avait été bien idiot de céder aux “antifas”, ces empêcheurs d’alliance avec l’extrême droite qui hurlent “rouge-brun” dès qu’on essaye de mettre ensemble du rouge et du brun.

Pour cette raison,  Ruffin assume Chouard en conférence de presse insoumise sur les Gilets Jaunes, pendant que Bernard Friot se met à taper sur les méchants antifas qui sont odieux avec Chouard (et qui sont l’égale des “fa” puisque comme chacun sait, être contre le fascisme et être pour c’est un peu la même chose).

Or, Etienne Chouard n’est plus seulement celui qui assumait une proximité personnelle avec le leader de l’extrême-droite antisémite, Alain Soral, tout en prétendant n’éprouver que de l’indifférence envers ses positions négationnistes. C’est sur cette position évidemment déjà insupportable que François Ruffin avait soutenu Chouard dans un article mémorable de Fakir où il s’en prenait avec une très grande violence stratégique aux antifascistes.

En 2019, Etienne Chouard a pris position pour le négationnisme de gauche, clairement et sans ambiguïté. En affirmant qu’il ne savait pas si les chambres à gaz avait existé. Le “droit au doute” sur un génocide dont la réalité ne peut pas être questionnée si l’on n’est pas antisémite, tout simplement parce qu’aucun élément factuel n’a jamais nécessité de se poser la question.

Le basculement politique effectué à cette occasion a placé Etienne Chouard et les siens, non pas à côté du néo-fascisme mais en plein dedans.

Dans le même temps Frank Lepage se remet à faire des conférences avec son ami de toujours, Etienne Chouard. Conférence que la CGT locale a combattue en réussissant à faire en sorte que la salle des fêtes de Rostrenen soit louée et non offerte gracieusement.
Et ca n’a l’air de rien mais ce n’est pas si simple. Frank Lepage est en effet spécialiste quand il s’agit de vendre sa came aux collectivités locales ou aux MJC.La conférence de Rostrenen a été entièrement filmée par la chaine “Le Canard Réfractaire” et restituée sur sa chaine Youtube.

C’est donc en soufflant sur les braises de cet amour pour Etienne Chouard que la chaine Youtube le Canard Réfractaire organise son “université confinée”, en ligne sur Discord, en invitant, aux côtés du maître, tout un tas de gens qui n’assumaient plus leur proximité avec lui. On retrouvera ainsi le collectif Datagueule (qui assumait tout à fait les idées de Chouard mais pas forcément Chouard directement)

On aura aussi Le Pixel Mort, autre youtubeur, lui aussi défenseur des propos d’Etienne Chouard (qu’il met en valeur dans une magnifique vidéo intitulé “Doute ou crime de pensée” entre des bouts de Dieudonné sur la question et des bouts de Greg Tabibian, autre youtubeur fervent dieudonniste). Le Pixel Mort est aussi un fan discret de Vincent Lapierre, ex bras droit vidéaste d’Alain Soral.

Autre intervenant, le Sanglier Jaune. Ce brave barbu souverainiste occupé à ranger la forêt et à comprendre les gilets jaunes, est aussi un des artisans de la réhabilitation de Chouard contre “les polémiques stériles” qui ont éloigné son ami Etienne du “bien commun”.

A la différence de Révolution Permanente, de Florent Marchais et du média “Vécu” qui ont semble-t-il disparu d’une première version de l’affiche, il semblerait que Vincent Cespedes, Alexandre Duclos et Extinction Rebellion n’aient aucun problème à ce que leur nom figure aux côtés de Chouard et des chouaristes. La banalisation du négationnisme en marche, triste et dramatique puisque dans le cas de Cespedes l’on parle d’un philosophe qui pourtant n’a pas hésité à faire un appel à dégager Heidegger des programmes scolaires. Concernant Extinction Rebellion, l’on ne peut que constater que le mouvement français suit donc lentement mais sûrement le chemin pris internationalement par certains de ses membres qui ont ouvertement tenu des propos relativisant le génocide commis par les nazis. Rejoignant en cela les positions de la sociologue phare et proche de la FI, Monique Pinçon Charlot, qui fait la même chose à la fois sur l’écologie et la pandémie.

Un nom qui n’est pas sur l’affiche mais qui est bien dans le programme c’est celui Viktor Dedaj, fondateur du site Le Grand Soir, célèbre pour son engagement pour Assad, pour Dieudonné, pour Meyssan, pour tous les antisémites et négationnistes ayant parcouru la gauche radicale ou même simplement l’extrême droite, de Ginette Skandrani à Alain Soral, en passant par Paul Eric Blanrue, Israel Shamir, (bref, on ne devrait plus avoir besoin de présenter Le Grand Soir et ça doit d’ailleurs être en raison de cette notoriété qu’il n’apparait pas sur l’affiche ).

Enfin aux côtés de ce merveilleux panel, il y aura le collectif “Les Mutins de Pangée” sur lequel il est intéressant de se pencher.

Les Mutins de Pangée est l’héritier de Zalea TV, une autre coopérative médiatique cofondée par Olivier Azam fondateur des Mutins de Pangée .

Olivier Azam tourne quand même beaucoup autour de certains thèmes comme “essayer de comprendre Dieudonné après le lynchage médiatique que l’on sait, sa mise au banc comme personne infréquentable pour un soit-disant anti-sémitisme”, ce qui amena même à Une émission de Zalea TV où Dieudonné fut invité à s’exprimer en personne.

Suite aux réactions, Zalea TV s’était fendu d’un communiqué savoureux qui rappelle la façon dont on légitimait l’antisémitisme sur les télévisions “alternatives” de l’époque:

La raison d’être de Zalea TV n’est pas la lutte contre le fascisme et le racisme, bien que cette lutte nous tienne évidemment à coeur. Mais d’autres organisations mènent ce combat mieux que nous ne pourrions jamais le faire, et nous faisons en sorte qu’elles s’expriment souvent sur Zalea. L’engagement de Zalea TV porte sur la conquête de la liberté d’expression audiovisuelle, sur le pluralisme et l’indépendance de l’information, (…) le reste relève des opinions et des engagements personnels de chacun des membres de Zalea, et chacun est libre de les exprimer de la manière qu’il souhaite à l’antenne, avec droit de réponse et droit de suite pour quiconque n’est pas d’accord. Et nous sommes convaincus qu’une telle télévision citoyenne doit pouvoir s’auto-réguler dans le respect des valeurs qui fondent la citoyenneté, le respect de l’autre et la démocratie, et non pas par la censure, l’auto-censure, la propagande unilatérale, l’ostracisme, le sectarisme, les tabous et les interdits. (…) Toute idée doit pouvoir être mise en débat, et il reste urgent de mettre en débat les idées les plus dangereuses, celles d’extrême droite notamment, qui séduisent encore plus de 15% des électeurs. (…) Dieudonné a été invité sur Zalea en tant qu’artiste bourré de talent, virtuose de la provocation, mais politiquement déboussolé, voire inepte. C’est un bouffon, un électron libre, mais qui exerce une influence réelle sur ses nombreux admirateurs, un “leader d’opinion”, comme on dit. A nos yeux, il est un paradoxe vivant illustrant la sclérose du débat politique en France. Laisser une telle personnalité se mettre durablement au service du racisme, du facsisme (sic) et du FN serait un échec (de plus) de la gauche démocratique en France et du débat d’idées, qui procède trop souvent par anathème et excès de manichéisme.

Cet engagement pour la liberté d’expression des défenseurs de la liberté d’expression des négationnistes ne s’est pas démenti pour Olivier Azam. En 2008, aux côtés de Daniel Mermet il décline cette même idée qu’il faut absolument appliquer la liberté d’expression aux idées les plus ignobles pour défendre Noam Chomsky, messie incarné de ce précepte. A l’époque c’est un film  avec notamment  Bricmont sur l’affiche, qui suscite la colère légitime des antifascistes et qui donnera lieu à de nombreuses projection et débats (dont une projection débat à la Main D’Or en présence de Faurisson lui même qui a beaucoup aimé le film). Forts et fiers des débats qui ont animé ce documentaire, Mermet et Azam récidivent un an plus tard avec un autre documentaire pour en remettre une couche.

Les Mutins de Pangée ce sont aussi les films de Pierre Carles, ex-brillant cinéaste auteur de documentaires anti-travail et donnant la parole aux précaires. Au tournant des années 2000, Pierre Carles évolue politiquement et collabore énormément avec Aurore Van Opstal, aujourd’hui journaliste violemment islamophobe mais qui fut aussi une grande promotrice de la mouvance dieudonniste au point d’avoir récemment encore obtenu la confiance du négationniste Paul Eric Blanrue pour un entretien exclusif. Après l’assassinat de Clément Méric, Pierre Carles n’hésite même plus à prendre la défense de son assassin dans Siné Hebdo. En 2012, il se rangera aux côtés de Jean Lassalle, candidat pro-Assad en lui consacrant un documentaire.

Les Mutins de Pangée, ce sont aussi les films à la gloire de Pierre Larrouturou (du mouvement Nouvelle Donne fondé par Larrouturou et par le propagandiste du Kremlin Olivier Berruyer). Les mutins de Pangée s’occupent également de l’édition en DVD des films en défense de Norman Finkelstein (le dévédé avec entretien exclusif de Dominique Vidal qui va certainement expliquer qu’il ne faut pas confondre Antisionisme et Antisémitisme).

Mais les Mutins de Pangée sont aussi un des éléments de l’équipe de François Ruffin, puisque ce sont eux qui font des sujets directement avec Ruffin ou à partir de ses reportages comme “Le plan de Bataille des Financiers” ou “La Cigale, le Corbeau et les Poulets” de Olivier Azam. Ce sont eux aussi qui ont réalisé l’image et le son du film de Ruffin, Merci Patron. Ce sont eux encore qui font l’édition DVD du “Grand Procès Macron” avec Ruffin, Daniel Mermet, Gérard Filoche et Juan Branco. La boucle est bouclée

Voilà donc ce qui se met en place pour les présidentielles. Les rouges-bruns de gauche radicale qui veulent capitaliser sur la crise des Gilets Jaunes et du Covid, et vendre de la rhétorique antisémite et anti-vaccins au bon peuple facho qui ainsi se détournera de Marine Le Pen.

De l’autre côté du spectre, loin des hippies gesticuleurs des Côtes d’Armor, des petits souverainistes bien parisiens mais sur les mêmes bases cherchent aussi à préparer l’après COVID en ralliant les anti-vaccins au panache patriote de notre Ruffin national amoureux des frontières.

Ainsi une nouvelle émission promet de réfléchir à l’après Covid avec tout un tas de gens sympathiques…

On  y retrouve Lenny Benbara, fondateur de Le Vent Se Lève et d’une demi douzaine de think-tank et revues souverainistes dont nous avons déjà parlé, intervieweur de Ruffin évidemment qui entre deux éloges des petites gens explique son rêve de faire le lien 29 mai 2005-gilets jaunes-Jean-Marie Bigard.

Lenny Benbara sera aux côtés de Laurie Debove, la rédactrice en chef du site chouariste La Relève et la Peste (10 euros le manifeste de Chouard), et aux côtés de Greg Tabibian, youtoubeur de la “dissidence” soralo-dieudonniste, lui aussi grand défenseur des thèses de Chouard, héritier de Dieudonné et qui n’hésite pas à s’afficher avec Daniel Conversano pour rendre hommage à Tepa, fondateur de la chaine antisémite et négationniste MetaTV.

La chaine Le Monde d’Après devait être animée par un journaliste au QG Média de Aude Lancelin, Yoan Gwilman, qui a finalement quitté le projet avant même la diffusion de la première émission.

La première émission de “Le Monde d’Apres” fut l’occasion d’inviter le docteur Louis Fouché, fondateur du site réinfocovid.fr qui, comme son nom l’indique, vise à constituer un site de référence des différentes propagandes anti-vaccin, conspirationniste, ou de darwinisme sanitaire  sur la Covid.

Avis à tous ceux qui vont vouloir nous faire passer Ruffin pour “le seul espoir de gauche” dans quelques mois et qui reviennent régulièrement à chacune de ses sorties brunes nous expliquer que le pauvre ne peut pas être parfait.  Il ne s’agit pas juste de Ruffin mais de toute une mouvance structurée et déterminée  .

Activist, master in History, master in War Studies, spare time freedom researcher, reggae DJ and revolution writer. bloqué par Nadine Morano

Latest from Antisémitisme

Go to Top