"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Tag archive

Pétain

“La soupe sera servie à 11h30” – Que commémore-t-on le 11 novembre?

in Mémoires Vives by &

Le 11 novembre 1918 à 11 heures toutes les cloches de France sonnent à la volée. On entend des cris “cessez-le-feu!” Et la Marseillaise résonne à tue-tête et gorge déployée. Un énorme soulagement envahit toute l’Europe; quatre ans de massacre prennent fin. L’armistice a été conclu le matin-même à 5h20 entre les Allemands et les forces de l’Entente, sur la Clairière de Rethondes à Compiègne. “L’armistice suspend les opérations de guerre par un accord mutuel des Parties belligérantes. Si la durée n’en est pas déterminée, les Parties belligérantes peuvent reprendre en tout temps les opérations, pourvu toutefois que l’ennemi soit averti en temps convenu, conformément aux conditions de l’armistice.” En raison de la date et de l’heure très précise de l’arrêt des combats à 11h (le 11ème jour du 11ème mois de l’année), voulue par le maréchal de France Ferdinand Foch, on a pu identifier le dernier soldat français mort de la Première Guerre mondiale. Il s’appelait Augustin Trébuchon et ce poilu était chargé à 10h50 soit 10 minutes avant que les cloches retentissent la fin des combats, pour une ultime mission, d’apporter un message à son capitaine positionné à 2 kilomètres de là. “La soupe sera servie à 11h30”. Cette soupe à la saveur de la fin de la guerre, qu’il ne mangera donc jamais. De cette mort, l’armée française n’est point fière et la falsifie pour qu’elle soit datée du 10 novembre. Ceux et celles qui sont morts les jours suivants le 11 novembre ne seront plus considérés…

Lire la suite

Maurras et Pétain, faux plis du drapeau de Macron

in Antisémitisme/Chroniques du déni/islamophobie by

« Nous sommes devenus une société victimaire et émotionnelle. La victime a raison sur tout. Bien sûr, il est très important de reconnaître les victimes, de leur donner la parole, nous le faisons. Mais dans la plupart des sociétés occidentales, nous assistons à une forme de primat de la victime. Son discours l’emporte sur tout et écrase tout, y compris celui de la raison. Par conséquent, celui qui a tenu un discours antisémite ou a collaboré tombe forcément dans le camp du mal radical. Je combats avec la plus grande force l’antisémitisme et le racisme, je combats toutes les idées antisémites de Maurras mais je trouve absurde de dire que Maurras ne doit plus exister. Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l’esprit de défaite et de l’antisémitisme de Pétain mais je ne peux pas nier qu’il fut le héros de 1917 et un grand militaire. On doit pouvoir le dire. À cause de la société de l’indignation, qui est bien souvent de posture, on ne regarde plus les plis de l’Histoire et on simplifie tout. » – Emmanuel Macron, dans l’interview accordée à L’Express le jeudi 17 décembre 2020. Comment perdre une autre occasion de se taire ? Emmanuel Macron peut, à juste titre, dans l’entrevue qu’il accorde à L’Express s’alerter que la parole publique soit aujourd’hui affaiblie par le relativisme, par des commentaires permanents qui finissent par faire oublier le sens premier même de cette parole. Mais le moins que l’on puisse écrire c’est…

Lire la suite

Macron et Pétain, quand la girouette tourne au gré des vents bruns

in Mémoires Vives by &

Emmanuel Macron, président libéral élu grâce au front antifasciste a donc choisi, d’autorité présidentielle octroyée par la 5eme république de célébrer le Maréchal Pétain. Choisir est à vrai dire un bien grand mot, pour un président qui se targue de construire un “récit national”, mais peut, en 24 heures, et dans le cadre d’une semaine mémorielle censée avoir été préparée pendant un an, alterner hommages et relativisation de l’hommage, pendant que son équipe de communication va chercher De Gaulle pour justifier l’éloge de Pétain. Autorité présidentielle, d’ailleurs, est aussi un bien grand mot, pour celui qui le lendemain de la révélation d’un projet d’attentat de l’extrême-droite contre lui, lui donne des gages pitoyables et dangereux sur l’histoire et la mémoire.

Lire la suite

Go to Top