Lettre à Franck Lepage

in Antisémitisme/Chroniques du déni/Négationnisme/Traces by

Cher Franck Lepage,

Comme beaucoup de mes collègues animateurs socio-culturels je t’ai admiré.

Comme beaucoup de mes collègues j’ai aimé que tu popularises la notion d’éducation populaire. J’ai aimé que tu racontes son histoire en plantant des tomates. J’ai aimé comme tout le monde le clou d’inculture 1 quand tu jouais avec les mots autour de la notion de projet.

Bon j’avais bien quelques réserves sur ton spectacle, notamment quand tu parles de théâtre, quand tu parles du festival d’Avignon, quand avec connivence tu regardes le public en disant « Ce n’est pas Jean Vilard qui à créé le festival d’Avignon mais cela on ne vous l’a pas dit ». Or quiconque a déjà ouvert un livre sur l’histoire du festival d’Avignon sait qu’il s’appelait au départ « Une semaine d’art » et que c’est Christian Zervos et le poète René Char  qui sont à l’initiative de cette action.

Je trouvais qu’il y avait quand même aussi un écart entre ce que tu disais sur les médiateurs culturels qui « balançaient sur les jeunes de l’art contemporain » et  ce qu’il se passait réellement dans les séjours des Céméa au festival d’Avignon qui faisaient parfaitement le pont entre l’éducation populaire et la culture souvent perçue comme élitiste. Je voyais mes ami.e .s animer ces séjours et je me rendais bien compte qu’ils ne balançaient pas de la culture sur les jeunes, mais qu’ils construisaient ces séjours ensemble, de manière bien moins descendantes que tes conférences gesticulées et que les animateurs construisaient avec les jeunes un parcours théâtral dans la cité des papes tout à fait émancipateur.(sans doute plus qu’une conférence gesticulée de 4h00)

C’était de bonne guerre, à l’époque l’animation sociale et la culture se regardaient en chien de faïence. J’avais un pied dans chaque milieu, j’essayais de défendre l’éducation populaire dans le milieu culturel qui avait du mépris pour les activités des centres sociaux (par exemple les ateliers slam), et le milieu culturel auprès des acteurs de l ‘éducation populaire qui avais souvent une vision caricaturale et élitiste des institutions culturelles ( par exemple « au théâtre les acteurs sont tout le temps nus sur scène) et je te l’avoue j’avais l’impression de me battre contre des moulins à vent dans les deux camps.

Durant mon diplôme d’animateur j’ai même organisé une projection d’inculture 1 , suivi d’ un débat,  en essayant de faire passer les valeurs que tu défendais à l’époque auprès de mes collègues animateurs. A chaque fois que j’avais un coup de mou au travail je me mettais une petite dose d’inculture 1 ou 2 et c’était reparti.

Quand un directeur ou une directrice me demandait de mener « un projet » je leur répondais en rigolant  « Franck Lepage va te tomber dessus ». Tu étais un peu comme un phare dans nos métiers parfois ingrats. Et quand la saison des demandes de subventions et des bilans auprès de la Caf arrivait, tu étais un vrai réservoir d’énergie pour moi. J’aurais rêvé de faire une formation avec Le Pavé, que tu sois mon directeur de centre social, faire une conférence gesticulée. Tu donnais un petit plus à nos convictions d’animateurs socio culturels.

Le jour où j’ai vu « Inculture 2 » en vrai j’étais tellement heureux que tu expliques la notion de« constance macabre » si clairement, moi qui suis un paria du système scolaire et qui ai fait toute mon éducation dans les centres sociaux.

Et puis il y a eu cette fameuse émission de radio de 2014 où tu ne dénonces qu’à demi-mot le fait que ton « ami » Etienne Chouard garde des liens sur son site vers « Egalité et réconciliation » en disant que « Etienne, c’est un self made man. » et « En même temps, ce que fait Etienne Chouard c’est magnifique ! Ce qu’il a fait avec le traité constitutionnel de 2005, puis sur le tirage au sort, puis sur les ateliers constituants. » Et plus loin dans l’article « Et Etienne, qui est un type gentil, c’est aberrant qu’il se prenne les anti-fa sur la gueule ».

C ‘est cette dernière phrase qui m’a fait tiquer car, non, il n’est pas « aberrant » de se prendre les antifas dans la gueule quand on promeut des antisémites et antiféministes notoires tels que Dieudonné et Soral issus de la pire extrême droite.

Donc après cette émission j’ai pris du recul avec toi.

J’ai continué à travailler dans diverses ludothèques et divers centres sociaux « les mains dans le cambouis » en essayant de rendre le plus autonome possible tou.t.e .s les adhérent.e .s que je rencontrais dans leur esprits critique et l’organisation des associations . Le jour ou j’ai laissé les clefs du centre à un groupe d’habitant.e .s pour qu’ils s’occupent du jardin de la structure où je travaille, j’avais l’impression d’avoir accompli tout ce que tu préconisais dans tes spectacles. J’étais un animateur heureux de faire des projets à visée émancipatrice. J’avais l’impression d’appliquer le duo Alynsky Lepage dans mon travail.

Je t’ai perdu de vue, j’ai suivi de loin la fin du Pavé et je me suis de plus en plus intéressé au théâtre. D’ailleurs à ton avis est ce qu’un spectacle de Julien Gosselin, du théâtre de l’unité, de Sylvain Crezevaut, d’Anjellica Liddle, de Kumulus, d’ Opéra Pagai, de la cie Grain est plus ou moins émancipateur qu’une conférence gesticulée ?

Et puis il y a quelque temps tu es réapparu dans ma bulle via les réseaux sociaux, ce qui m’a permis de me rendre compte de plusieurs choses :

Tu avais fait une conférence sur la même scène qu’ Etienne Chouard Lundi 27 Janvier à Rostrenen et  cela ne te dérangeait pas de partager la scène avec quelqu’un qui a promu Egalité et Réconciliation pendant des années et qui tient des propos pro-négationnistes sur « Le Média ».

Tu as écrit un texte symptomatique du complotisme où tu minimises la dangerosité du Covid 19, la portée virale chez les enfants et dénonces la vaccination :

« Le contrôle anxiogène des populations qu’entretiennent les médias, leur stratégie de la peur, la disproportion entre cette coercition mondiale et la dangerosité comparée du SARS COV 2, la suspension des droits fondamentaux, les confinements, les masques dès six ans, préparent des opinions publiques à de nouveaux marchés : comme celui des vaccinations obligatoires, de la même façon que l’école en distanciel prépare le marché éducatif mondial. Nos corps et nos personnes sont la nouvelle ruée vers l’or d’un capitalisme qui n’a pas d’autre choix que d’étendre indéfiniment le champ de ses marchandises. »

Tu y remets en question la notion de complotisme et de confusionnisme sous prétexte que ces notions diviseraient la gauche :

« En revanche, l’accusation de complotisme (comme celle de sympathie d’extrême droite sous l’étiquette de « confusionniste »), savamment distillée par un pouvoir qui a créé l’extrême droite de toute pièce et qui s’en sert pour gagner chaque élection, a l’immense mérite de diviser le mouvement social et de semer la pagaille à gauche

Tu y défends également le documentaire Hold Up

« Le déchaînement de « débunking » qui a suivi le film « Hold-up » et la frénésie des journalistes, éditorialistes, chroniqueurs, sociologues dans leur traque des fake news devraient alerter sur la soudaine passion d’objectivité qui saisit la bourgeoisie dès qu’un film ou un évènement risque d’entraîner suffisamment de monde pour faire faire mouvement social. Tout sauf un retour des Gilets jaunes !! »

Or je n’ai pas l’impression que cet article critique sur Hold Up, par exemple soit un média mainstream allié du grand capital, ni qu’il veuille empêcher le retour des gilets jaunes. De plus tu mets en parallèle avec les films de Michael Moore en disant que ces derniers n’ont pas été accusés de complotisme. Les méthodes de Michael Moore ont été critiquées, par exemple, dans le documentaire Michael Moore Polémique Système.

De plus certains documentaires militants sont régulièrement remis en question dans les milieux cinéphiles. Il y a d’ailleurs une littérature critique passionnante autour de « Merci patron » produite à ce sujet, ici, ou ici.

Tu mets aussi un lien vers un article d’ Ariane Bilheran qui apparaît dans Hold Up. Cela ne semble pas te déranger de partager des articles d’une personne qui propage les idées homophobes et transphobes d’une Marion Sigaut (encore quelqu’un de la clique Soralo Dieudonniste) sur les cours d’éducation sexuelle à l’école complice d’un complot pédophile mondial.

Tu es intervenu dans l’émission de Taddei « Interdit d’interdire »  sur la chaine du pouvoir russe RT à deux reprises.

Et l ‘émission du 25 novembre 2020 est un cas d’école de chiffres non sourcés, de sous entendus expliquant que le gouvernement aurait provoqué le confinement à des fins économiques, de minimisation du nombre de morts, et où tu revendiques d’être contre le masque à l’école.

Encore une fois toi et tes amies sont complètement en roue libre et font de l’éducation populaire , un manifeste complotiste pendant 55 minutes

Enfin tu as participé à l’université du Canard Confiné, où le cv des intervenants est détaillé ici . Et cela ne te pose aucun problème de partager la tribune avec ton ami Chouard et d’autres personnalités semblables.Tu peux comprendre que pour quelqu’un qui t’a admiré, te voir faire des conférences avec des pro-négationnistes (Etienne Chouard), tes liens dans tes articles vers des personnes qui propagent les idées de Marion Sigaut ou Ariane Bilheran, te voir minimiser le  film complotiste Hold Up, écouter ta rhétorique sur la chaine du pouvoir russe (rt) et ta participation à l’université du canard confiné au rend la coupe un peu pleine pour un animateur de gauche viscéralement antifasciste.

En promouvant de telles personnes tu salis l’éducation populaire. En minimisant les morts dans les maisons de retraite tu vas à l’encontre de l’éducation permanente. En insinuant que Hold Up vient plus d’une idéologie « gilet jaune » et pas d’extrême droite (alors que le cv des intervenants dans le film est révélateur), tu salis l’éducation populaire et toutes les personnes qui ont admiré tes conférences gesticulées.

Je suis frappé que ta dérive idéologique vers l’extrême droite complotiste et confusionniste ne soit pas plus dénoncée dans les organes d’extrême gauche et d’éducation populaire.

C’est ce que j’ai essayé de faire dans cette lettre.

Adrien