"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Ghetto de Varsovie: les visages de l’insurrection ( 27 avril au 8 mai 1943)

in Antisémitisme/Chroniques de la violence brune/Mémoires Vives/Négationnisme by
Le 19 avril 1943 débute la « liquidation » du ghetto de Varsovie. Créé à la fin de l’année 1940 au cœur de la capitale polonaise, il a vu passer plus d’un demi-million de juifs. Cent mille d’entre eux y ont trouvé la mort jusqu’à l’été 1942, du fait des conditions meurtrières créées par les Allemands. A l’été 1942, dans le cadre de la « solution finale », 260 000 personnes sont déportées à Treblinka. Au mois de janvier suivant les SS reprennent les déportations, mais elles sont interrompues par les premières actions armées des groupes de résistances juives.
Deux organisations coexistent. Le Żydowski Związek Wojskowy (ZZW, Union militaire juive), commandée par Pawel Frenkiel, 23 ans, rassemblant les militants des partis de droite, et la Żydowska Organizacja Bojowa (ZOB, Organisation juive de combat), où se retrouvent les militants de gauche. Alors que les ZZW et ZOB s’organisent afin de combattre les Allemands, des centaines de bunkers souterrains sont aménagés par la population. Lorsque le 19 avril 1943 les SS lancent leur opération, il reste de 50 000 à 60 000 Juifs dans le ghetto. Le ZZW (environ quatre cents combattants) et la ZOB (environ 750 combattants), ainsi que des groupes « sauvages » non affiliés, font face aux Allemands et livrent combat pendant près d’un mois.

La première partie de cette chronique, initialement publiée par Tal Bruttmann sur son mur Facebook se trouve ici

27 avril 1943 – 9e jour de combats dans le ghetto

Un millier d’Allemands, SS et police, renforcés d’auxiliaires lettons ratissent la partie nord-est du ghetto. Ils sont régulièrement accrochés au cours de leur progression.

Malka Alerman, 28 ans, militante de Poalei Zion-gauche, agent de liaison, membre d’une unité de combat lors du soulèvement, tuée au combat à une date inconnue.

28 avril 1943 – 10e jour de combats dans le ghetto.

Les lignes de défense sont totalement brisées, laissant la place à une myriade de positions isolées âprement défendues contre l’avancée des SS.
Une unité de l’Armia Krajowa (résistance polonaise affiliée au gouvernement polonais en exil) menée par Tadeusz Kern-Jędrychowski attaque un poste allemand devant le ghetto, tuant deux soldats – il s’agit de l’une des 11 opérations menées par l’AK en direction du ghetto pendant le soulèvement.Ce même jour, des égoutiers de la Gwardia Ludowa (résistance communiste) exfiltrent un groupe de combattants juifs du ghetto.

Israel Kanal, 23 ans, militant d’Akiba, en charge de la défense du ghetto central, puis combat avec les partisans dans la forêt de Wyszkow. Capturé en octobre 1943, mort à Auschwitz.

29 avril – 11e jour de combats dans le ghetto

Malgré leur puissance de feu, les Allemands ne progressent que lentement.
Si l’essentiel des forces du ZZW a péri, le plus gros des effectifs de la ZOB demeure largement intact et son commandement dépêche du côté aryen Simcha Rotem et Zygmunt Frydrich pour établir le contact avec Antek et obtenir de l’aide pour poursuivre le combat.

Zygmunt Frydrich, 31 ans, militant du Bund. Dépêché à l’été 1942 par la résistance juive pour savoir ce qu’il se passe à Treblinka, il ramène le premier rapport sur le centre de mise à mort. Tué au combat en mai 1943

Simcha “Kazik” Rathajzer (Rotem), 19 ans, militant d’Akiba, combat dans le secteur des brossiers puis organise l’évacuation des combattants hors du ghetto. Combat lors du soulèvement de Varsovie à l’été 1944. Mort en 2018.

30 avril 1943 – 12e jour de combats dans le ghetto

Malgré plus de 1300 hommes déployés et de l’équipement lourd, les Allemands progressent avec difficultés. Depuis le début de l’attaque, leurs opérations ne prennent place que le jour, de crainte d’être en difficulté la nuit.
40 combattants de la ZOB réussissent à quitter le ghetto et rejoindre la partie “aryenne” de Varsovie,

Guta Kawenoki, 24 ans, militante de Gordonia, technicienne dentaire, trésorière de la ZOB et chargée de l’espionnage, combat dans le ghetto central puis avec les partisans dans la forêt de Wyszkow. Tuée au combat en janvier 1944

1er mai 1943 – 13e jour de combats dans le ghetto

A nouveau, Stroop annonce l’imminence de l’écrasement du ghetto, alors que ses troupes sont encore accrochées par les combattants. Dans la Varsovie “aryenne” la police allemande traque ceux qui ont réussi à fuir le ghetto. 150 sont exécutés. Les Allemands osent pour la première fois, de manière limitée, opérer de nuit dans le ghetto.

Benjamin “tatele” [papa] Wald, 23 ans, militant du Dror, en charge du contre-espionnage de la ZOB, commande une unité dans le secteur Többens-Schutz. Tué au combat en mai 1943

 

2 mai 1943 – 14e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands poursuivent le ratissage et subissent des accrochages à de multiples reprises au nord et au sud du ghetto. Les combats émaillent la journée et la nuit. Dans le secteur Többens-Schutz, écrasé deux jours plus tôt, les derniers combattants encore en vie quittent le périmètre et gagnent le secteur “aryen”. Stroop est contraint dans son rapport de faire état d’une unité de combattants qui a pris d’assaut le cordon de sécurité, blessant 7 de ses hommes – 4 Orpo et 3 membres de la “police bleue” polonaise -, forcé le passage et pu s’échapper du ghetto.

Hanoch Gutman, 25 ans, militant du Dror, éducateur, commande une unité chargée de la défense du secteur des brossiers, blessé le 2 mai, tué au combat courant mai.

3 mai 1943 – 15e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands poursuivent leur progression dans le territoire du ghetto. Les combats se multiplient autour de plusieurs bunkers, en particulier dans la rue Franciszkańska où se déroule la bataille du bunker du 30 de la rue Franciszkańska, où se sont repliés les combattants du secteur des brossiers .Les unités de Jurek Blones, Hersz Berlinski, Jurek Grynszpan, Hanoch Gutman et Marek Edelman tiennent tête au SS durant plus deux jours avant de céder. Les rescapés se replient pour partie vers le bunker du 22 de la rue Franciszkańska, les autres vers le bunker du commandement de la ZOB au 18 de la rue Mila.

Dvora Bara, 23 ans, militante du Dror, membre de l’unité de combat commandée par Hanoch Gutman, participe aux combats du secteurs des brossiers, puis de la bataille de Franciszkańska 30. Tuée au combat le 2e jour de la bataille.

 

4 mai 1943 – 16e jour de combats dans le ghetto

Les combattants défendent pied à pied leurs positions face à l’avancée des Allemands, qui procèdent à la destruction systématique des bâtiments du secteur Többens-Schultz. Les unités allemandes chargées de patrouiller la nuit dans les ruines du ghetto sont régulièrement accrochées.

Berl Brojde, 24 ans, éducateur, militant du Dror, déporté à Treblinka en janvier 1943, saute du train, commande une unité de combat dans le ghetto central en charge de la défense des rues Zamenhof et Mila, tué au combat le 8 mai à Mila 18

Mira Fuchrer, 22 ans, couturière, militante de l’Hachomer Hatzaïr, combat dans le ghetto central, tuée au combat à Mila 18

5 mai 1943 – 17e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands continuent leur progression, tout en étant régulièrement accrochés par des groupes de combattants isolés.
A cette date, 45 000 des quelques 70 000 juifs qui se trouvaient dans le ghetto au 17 avril ont été capturés, dont environ 4 500 exécutés sur place et 6 929 envoyés à Treblinka – les autres sont dirigés vers Majdanek et des camps rattachés.

Esther Altenberg, 27 ans, militante du Dror, participe à la défense du secteur Többens-Schultz, tuée au combat en avril ou mai 1943

Lejb Rodal, 29 ans, journaliste, militant du Betar, commandant adjoint du ZZW, tué au combat en avril ou mai 1943.

 

6 mai 1943 – 18e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands continuent à être régulièrement accrochés alors qu’ils poursuivent la destruction systématique du ghetto. Au cours de la journée, à de multiples reprises, des combattants passés du côté “aryen” tentent de regagner le ghetto afin de procéder à des évacuations et attaquent le cordon allemand positionné autour du ghetto. Dans le même temps la “police bleue” étend sa traque des Juifs se trouvant dans Varsovie, hors du ghetto.
Stroop, après avoir annoncé deux jours avant que les dirigeants de l’insurrection ont été capturés, apporte un démenti et affirme continuer à les traquer.

Frumka Plotnicka, 28 ans, dirigeante du Dror et de HeHalutz, chargée d’opérer pour la ZOB du côté “aryen” en 1942, organise les premières livraisons d’arme, dépêchée au ghetto de Bedzin pour y organiser la résistance, tuée au combat à Bedzin le 3 août 1943

Chancia Plotnicka, 25 ans, militante du Frayhayt et HeHalutz, agent de liaison de la ZOB, Tuée au combat le 19 avril 1943 dans le secteur Többens-Schultz

7 mai 1943 – 19e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands continuent à détruire systématiquement les immeubles et doivent faire face à plusieurs reprises à une opposition armée de plusieurs bunkers qu’ils assiègent. Ils localisent le bunker de commandement de la ZOB, 18 rue Mila.
Plusieurs équipes de combattants évacuent le périmètre du ghetto, tandis que depuis le côté “aryen” un groupe de combattant tente de retourner dans le ghetto pour extraire ceux qui s’y trouvent encore.

A Berlin, la lenteur avec laquelle la révolte du ghetto est matée agite les hiérarques nazis, Goebbels estimant que Hans Frank devrait être limogé de son poste de gouverneur général des territoires polonais.

David Hochberg, 18 ans, militant du Bund, commande une unité du Bund en charge de la défense du ghetto central, tué au combat le 27 avril 1943.

Aron “Pawel” Bryskin, 29 ans, ouvrier métallurgiste, militant communiste, commande l’unité communiste qui participe à la défense du ghetto central, dépêché le 7 mai par Mordechaï Anielewicz pour obtenir de l’aide du côté “aryen”, tué au combat le 27 mai 1943.

8 mai 1943 – 20e jour de combats dans le ghetto

Les Allemands contrôlent la totalité du territoire du ghetto et assiègent le bunker du 18 de la rue Mila où se trouvent au total environ 120 combattants, dont le commandement de la ZOB, et deux cents civils. La plupart des combattants sont tués au combat, hormis quelques dizaines qui réussissent à se replier vers le bunker du 22 de la rue Franciszkanska tenu par les derniers combattants du secteur des brossiers. Stroop fait état du fait “qu’à chaque fois qu’un bunker est découvert les juifs résistent avec les armes dont ils disposent”

Rachelka “Sarenka” Zylberberg, 23 ans, militante de l’Hashomer Hatzaïr de Vilnius, rejoint le ghetto de Varsovie en janvier 1942 pour alerter sur l’assassinat de masse en cours à Vilnius, tuée au combat le 8 mai 1943 à Mila 18

Lejb “Lutek” Rotblat, 24 ans, dirigeant d’Akiba, commande une unité chargée de la défense du ghetto central, tué au combat le 8 mai 1943 à Mila 18.

Latest from Antisémitisme

Go to Top