"Je n'ai pas vécu la liberté, mais je l'ai écrite sur les murs" (la révolution syrienne)

Author

Tanxxx

Tanxxx has 3 articles published.

Tanxxx
Dessinatrice, Antifasciste, Sataniste https://tanx.fr/bloug/

Une prison de moins

in Instants by

Des fois tu cherches ta fourchette et elle est dans ta main. des fois tu cherches tes lunettes que t’as sur le nez. des fois tu te demandes quel mur tu essaies de détruire et t’as tellement le nez dessus que tu prends le rouge de la brique pour de la colère. Et puis, y’a 3 jours, j’ai éclaté de rire en regardant la fourchette dans ma main. Ou le mur, ou je sais plus quelle métaphore filer, bref. Un an que j’ai tout plaqué, mon mec ma vie ma ville, j’ai bazardé l’intégralité de mes livres, disques, dessins, du passé faisons table rase, je suis pas tellement du genre à faire dans la dentelle, la faute à mon virilisme. C’est pas pour raconter ma vie, mais pour contextualiser un peu. Et puis je suis partie en quête de je sais même pas quoi.

Lire la suite

Une journée dans sa tête

in Chroniques de la violence brune/Instants by

Il faut que j’écrive, je me suis dit en sortant du procès de Marsault et de ses deux acolytes jugés pour harcèlement contre Mégane Kamel. Cette journée du 7 décembre aura été un enchaînement de réflexes et de réactions instinctives, de débordements, d’angoisses, et de stupéfaction. Aujourd’hui, quelques jours plus tard et la pression étant retombée, je tourne et retourne cette idée en buvant des litres de café. Écrire, oui mais pour dire quoi, comment, à qui ? Les questions habituelles mais dans ce cas particulier les enjeux et le trouble sont plus grands. Parce que je sens que c’est un piège, d’écrire sur ce que j’ai pu vivre, moi, Tanx dans cette salle de procès où Marsault était jugé, lui, et a voulu accrocher mon attention particulière à plusieurs reprises. C’est un piège parce que ce procès n’était pas le mien, cette histoire n’est pas la mienne, j’étais là pour faire bloc, j’étais là parmi d’autres, et je n’avais pas réellement pris conscience de l’enjeu de ma présence, j’étais aux côtés de mes camarades et compagnons, féministes et amiEs de Mégane, et pour Mégane. À aucun moment avant que ce procès ne commence je n’avais réalisé ma place particulière. Moi qui pensais venir en simple meuf, je me suis rendue compte que j’étais là aussi en tant qu’autrice, en tant que Tanx, en tant que cible. Quand Marsault m’a saluée, je n’ai pas réalisé encore. Quand il est venu s’asseoir juste à côté de moi non plus. Je me…

Lire la suite

À #NousToutes, démonter le Ring

in Chroniques de la violence brune/Féminisme by & &

Entre Ring et nous, tout a commencé sur une phrase de trop. Pas un dessin, pas de l’« art », non une phrase de trop. Une phrase de Marsault, une phrase de militant d’extrême-droite, qui un jour de l’été 2016 a appelé ses troupes à détruire une femme. La même histoire aurait pu commencer avec Soral ou avec Dieudonné. Ou avec Serge Ayoub ou avec Obertone. Tous ces prédateurs, depuis des années ont une méthode bien rodée face à celles qui n’acceptent pas la diffusion de leurs pratiques et de leurs idées dans la société. Face à elles qui estiment que le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, le sexisme, ne sont pas des opinions comme les autres qu’on aurait le droit d’exprimer, mais des armes qui nous oppressent, pas dans l’éther des théories, mais dans la réalité. Un jour de l’été 2016, des centaines, des milliers de fascistes se sont acharnés sur une seule femme. Pas une dirigeante politique connue, pas une star des réseaux sociaux, pas une intellectuelle en vue, pas une artiste reconnue. Juste une jeune combattante féministe et antifasciste de base. Sa faute ? Avoir osé se féliciter qu’un dessin sexiste de Marsault lui ait valu une levée de boucliers, enfin, et une censure de Facebook. Sa faute ? Avoir osé se réjouir d’être un tout petit peu moins opprimée. Sa faute ? Avoir osé se mettre à égalité avec les Maîtres Bruns. Avoir osé se réjouir de vaincre. Ne pas avoir été seulement une victime qui pleure, mais…

Lire la suite

Go to Top